Les Belges souffrent d'une insuffisance d'iode: solution, le sel iodé

La ministre de la Santé publique de Belgique Laurette Onkelinx a présenté jeudi une nouvelle campagne destinée à réduire la consommation de sel à un maximum de 6 grammes (soit 2.4 g de sodium) par jour (actuellement de 10 g par jour) et à remplacer le sel de table par du sel iodé. L'excès de sel peut favoriser l'hypertension, des maladies cardio-vasculaires, l'ostéoporose et le cancer de l'estomac, a-t-elle rappelé.

Par ailleurs, une insuffisance d'iode a en effet été constatée depuis plusieurs années dans la population belge, indique la ministre.
La campagne d'information, lancée en collaboration avec la Ligue cardiologique belge s'appuie sur trois outils: une brochure, imprimée à un million d'exemplaires; un salinomètre, outil de poche pour calculer la teneur en sel des produits à partir de la teneur en sodium indiqué sur l'étiquette (teneur en sel = teneur en sodium multipliée par 2.5); et un site internet (www.stoplesel.be).

Les différentes fédérations du secteur de la boulangerie se sont déjà engagées à remplacer le sel ordinaire par du sel iodé dans la fabrication du pain. "Une mesure similaire a été prise par le passé aux Pays-Bas. Aujourd'hui le pain représente la principale source d'iode pour les Néerlandais", indique la ministre.

Les secteurs de la distribution (Fedis notamment) se sont engagés à réduire les quantités de sel dans les aliments distribués sous marque propre.

Mais 25% du sel consommé est rajouté directement par le consommateur, d'où l'importance de la campagne de sensibilisation.

Voyez également:


Psychomédia avec sources: Service public fédéral, Santé publique, Le Vif.be
Tous droits réservés