Échangeur Turcot: quel moyen pour protéger la population de la pollution?

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) propose l'aménagement d'aires de jeux pour enfants, de jardins communautaires et des terrains sportifs en contrebas de l'échangeur Turcot, dans le secteur de Côte-Saint-Paul.

La Direction de la santé publique de Santé (DSP) de Montréal exprime son opposition. Dans un entretien téléphonique avec Le Devoir, le Dr Louis Drouin a évoqué les effets néfastes bien documentés de la pollution routière sur la santé de la population. Il propose plutôt de planter des végétaux de manière à créer une zone tampon de 150 mètres entre les voies autoroutières et les habitations (reprenant ainsi une norme californienne) tout en étant moins restrictif pour l'implantation de zones industrielles ou commerciales.

Dans les années 1960 et 1970, des écoles et des centres pour personnes âgées ont été construits le long des autoroutes à Montréal, rappelle-t-il, soulignant que les connaissances sont plus avancées aujourd'hui.

Le cabinet du maire Gérald Tremblay a aussi estimé que la proposition du MTQ apparaissait inadéquate.

Lire l'article du Devoir: Échangeur Turcot - La Santé publique s'oppose à la présence d'aires de jeux et de jardins

Voyez également:

Psychomédia Tous droits réservés.