L’utilisation des médicaments chez les personnes âgées comporte certains risques, a rappelé un communiqué de l'Université catholique de Louvain (Belgique) à l'occasion de la Journée internationale des personnes âgées qui s'est tenue le 1er octobre.

Selon de récentes statistiques européennes, rapporte le communiqué, 15 % des 70-79 ans et près de 20 % des 80 ans et plus consomment 10 médicaments ou plus par jour, alors que 50 à 60 % en consomment au moins 5.

De nombreuses études ont montré que près de la moitié (40 à 50 %) des personnes âgées reçoivent au moins un médicament dit « inapproprié » pour lequel les risques sont supérieurs aux bénéfices.

« Une médication inappropriée augmente les risques d'effets secondaires et d'hospitalisation », a souligné Anne Spinewine , chercheuse en pharmacie clinique au Louvain Drug Research Institute (LDRI) de l'UCL, lors d'une conférence de presse en marge de la journée internationale. Ainsi, jusqu’à 30 % des hospitalisations chez les personnes âgées seraient directement liées à la prise de médicaments.

« On constate par exemple une prise trop élevée d'anti-inflammatoires et de benzodiazépines pour les troubles du sommeil. Les médicaments pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux ou des fractures sont par contre souvent omis. »

La mise en place d'une approche multidisciplinaire permet de diminuer les risques, a indiqué la chercheuse.

Le LDRI étudie plusieurs approches dans ce sens, comme l'intégration d'un pharmacien clinicien dans le service de gériatrie. « Cela permet d'améliorer la qualité de prescription », explique-t-elle. « La communication avec le généraliste à la sortie de l'hôpital contribue également à un meilleur suivi ».

Le groupe participe par ailleurs aux projets OPERAM (financé par l'Union européenne et COME-ON (financé par l'INAMI, assurance maladie belge) destinés à corriger la médication des personnes âgées grâce à un logiciel ou à des concertations entre les différents acteurs de la santé (médecins généralistes, pharmaciens, infirmiers).

Psychomédia avec sources : Université Catholique de Louvain, Le Vif (Belga).
Tous droits réservés