Le tramadol (Ixprim, Contramal) est l’antalgique opioïde le plus souvent prescrit en France, rappelle l'association de consommateurs française UFC-Que Choisir.

Il devance largement les autres antalgiques opioïdes dits faibles que sont la codéine (Codoliprane, Dafalgan codéiné) et la poudre d’opium (Lamaline, Izalgi).

Le communiqué de l'association met en garde :

« Même sans mésusage clair, le tramadol est une source majeure de complications. Ce médicament est la première cause d’intoxications liées à la prise d’opioïdes. Sa part ne cesse de progresser. Pire : selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), au moins quatre décès par semaine sont liés à l’ingestion d’opioïdes. Là encore, le tramadol arrive en tête, devant la morphine et la codéine.

(...) Malgré des doses conformes et une prescription limitée à moins d’une semaine, plus de la moitié des personnes traitées souffre d’un syndrome de sevrage physique (sueurs, douleurs) et d’une anxiété à l’arrêt du traitement. » (Sevrage des opioïdes : symptômes et critères diagnostiques - DSM-5)

« Cette transition pénible pourrait favoriser les mésusages… mais les patients n’en sont pas avertis sur les notices qui leur sont destinées », déplore l'association. « Celles-ci se contentent d’indiquer que “dans de rares cas, prendre un médicament à base de chlorhydrate de tramadol peut provoquer une dépendance et rendre difficile l'arrêt du traitement”. Un avertissement laconique bien éloigné de la réalité du terrain. »

Pour plus d'informations sur les médicaments opioïdes et sur le tramadol, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : UFC-Que Choisir.
Tous droits réservés