Huit consommateurs de cannabis sur 10 dans les États américains où il est légal disent en consommer peu de temps avant ou après l'exercice, et la plupart disent que cela les motive, les aide à tirer plaisir de l'exercice et améliore leur récupération, rapporte une étude publiée dans la revue Frontiers in Public Health.

Aux États-Unis, le cannabis est maintenant légal à des fins récréatives dans 10 États et à des fins médicinales dans des douzaines d'autres.

Certains ont émis l'hypothèse qu'une utilisation accrue du cannabis pourrait aggraver l'épidémie d'obésité en favorisant un mode de vie sédentaire. D'autre part, notent les auteurs, l'Agence mondiale antidopage interdit l'usage du cannabis dans les compétitions sportives en raison de son potentiel d'amélioration des performances.

Anecdotiquement, les marathoniens utilisent parfois le cannabis pour combattre la nausée et l'ennui sur de longues distances. Et les études épidémiologiques montrent que les consommateurs de cannabis ont tendance à être plus minces, moins sujets au diabète et ont des taux de glycémie plus sains.

Angela Bryan du Département de psychologie et de neuroscience de l'Université du Colorado à Boulder et ses collègues ont demandé à 600 consommateurs de cannabis dans cinq États, entre autres questions, s'ils avaient déjà consommé du cannabis une heure avant ou quatre heures après l'exercice. C'était le cas de 82 % des répondants.

Une question de suivi auprès de 345 répondants qui consomment du cannabis en faisant de l'exercice montre qu'ils étaient plus susceptibles d'en consommer après qu'avant.

Mais 67 % en prenaient avant et après. Pour 70 %, le cannabis augmentait le plaisir de faire de l'exercice, pour 78 %, il facilitait la récupération, et pour 52 %, il augmentait la motivation.

« Étant donné qu'il s'agit d'obstacles reconnus à l'exercice, il est possible que le cannabis puisse réellement aider la pratique de l'exercice », soulignent les auteurs.

Seulement 38 % des répondants ont rapporté que le cannabis améliorait la performance et, en fait, certaines petites études antérieures ont suggéré qu'il pourrait plutôt nuire.

Ceux qui utilisaient le cannabis faisaient, en moyenne, environ 43 minutes d'exercice de plus par semaine que ceux qui n'en prenaient pas.

Comment le cannabis pourrait-il, physiologiquement, avoir un impact sur l'activité physique ?

« Des études suggèrent que certains cannabinoïdes atténuent la perception de la douleur, et nous savons aussi que les récepteurs auxquels le cannabis se lie dans le cerveau sont très similaires à ceux qui sont activés naturellement pendant le “high” des coureurs », explique Arielle Gillman, coauteure. « Théoriquement, on pourrait imaginer que si le cannabis pouvait atténuer la douleur et induire un “high artificiel du coureur”, ça pourrait motiver les gens. »

Le cannabis est également un anti-inflammatoire, ce qui pourrait faciliter la récupération.

D'autres recherches comparant les niveaux d'activité des personnes âgées qui consomment du cannabis à celles qui ne le font pas sont en cours. Les résultats préliminaires montrent qu'après avoir entrepris un programme d'exercice de 16 semaines, les consommateurs de cannabis ont fait plus d'exercice que les non-consommateurs.

« En vieillissant, l'exercice commence à s'accompagner de douleurs, et c'est l'une des raisons pour lesquelles les personnes âgées ne font pas autant d'exercice », souligne la chercheure. « Si le cannabis pouvait soulager la douleur et l'inflammation, cela pourrait aider les personnes âgées à être plus actives. »

La chercheure souligne qu'elle ne recommande en aucun cas l'utilisation du cannabis comme complément à l'exercice. « Les preuves ne sont pas encore là », dit-elle.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : University of Colorado Boulder, Frontiers in Public Health.
Tous droits réservés