« Le problème avec les compléments est que, contrairement aux médicaments pharmaceutiques, aucune preuve clinique n'est requise avant qu'ils soient commercialisés dans les supermarchés ou les pharmacies », explique Nicholas R. Fuller de l'Université de Sydney.

Les données les plus récentes sur l'utilisation de compléments alimentaires pour la perte de poids, provenant d'une étude américaine, montrent que parmi les personnes essayant de perdre du poids, 16 % (12 % des hommes et 19 % des femmes) déclarent en avoir fait usage au cours de l'année précédente.

Les compléments à base de plantes sont des produits contenant une plante ou une combinaison de plantes comme ingrédient actif. Ils se présentent sous différentes formes : pilules, poudres ou liquides.

Parmi les compléments à base de plantes couramment utilisés pour la perte du poids, on trouve notamment le thé vert, le garcinia cambogia, le haricot et la mangue africaine.

Entre 1996 et 2006, 1000 compléments alimentaires pour la perte de poids ont été inscrits au registre australien des produits thérapeutiques sans évaluation de leur efficacité, mentionnent les auteurs.

Fuller et ses collègues ont réalisé une revue systématique et des méta-analyses des études internationales portant sur les compléments à base de plantes commercialisés pour aider à la perte de poids.

Ils ont trouvé 54 essais contrôlés randomisés, dans lesquels l'effet des « plantes médicinales » était comparé à celui d'un placebo pour la perte de poids chez plus de 4000 participants. Les chercheurs considéraient une différence de 2,5 kg entre l'effet des compléments et des placebos comme étant cliniquement significative.

Leurs résultats sont publiés dans la revue Diabetes, Obesity & Metabolism.

Parmi les plantes testées dans 4 essais ou plus, les compléments de haricot (Phaseolus vulgaris) étaient les seuls à entraîner une perte de poids statistiquement significative par rapport au placebo, bien qu'elle était inférieure au seuil de 2,5 kg jugé significatif.

Aucun effet n'a été observé pour les extraits de thé (camellia sinensis) et le Garcinia cambogia. Des différences statistiquement, mais non cliniquement significatives, ont été observées pour les préparations combinées contenant les plantes C. sinensis, P. vulgaris ou Ephedra sinica.

Parmi les compléments testés dans 3 essais ou moins, une perte de poids statistiquement et cliniquement significative par rapport au placebo était rapportée pour Irvingia gabonensis, Cissus quadrangularis et Sphaeranthus indicus combinés avec Garcinia mangostana, entre autres, mais ces résultats doivent être interprétés avec prudence en raison du petit nombre d'études, de la qualité méthodologique et de la communication des interventions généralement de faible qualité.

La plupart des médicaments à base de plantes semblaient pouvoir être consommés sans danger pendant la courte durée des études (généralement 12 semaines ou moins). Certains méritent d'être étudiés afin de déterminer la taille de l'effet, le dosage et la sécurité à long terme.

« Ces résultats suggèrent qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander l'utilisation de ces “plantes médicinales” pour la perte de poids », conclut Fuller.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : University of Sydney, Diabetes, Obesity & Metabolism.
Tous droits réservés