« Fermez les stores, tirez les rideaux et éteignez toutes les lumières avant de vous coucher », conseillent les auteurs d'une étude publiée en mars 2022 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) qui montre qu'un éclairage pendant le sommeil, même modéré, a des effets nuisibles pour la santé.

Une nuit de sommeil dans une pièce modérément éclairée augmente le rythme cardiaque pendant la nuit et la résistance à l'insuline le lendemain matin, montre l'étude.

Ivy C. Mason et Phyllis Zee de la Northwestern University Feinberg School of Medicine (États-Unis) ont, avec leurs collègues, testé l'hypothèse selon laquelle la lumière pendant le sommeil nocturne affecte négativement la glycémie le lendemain matin et si cet effet se produit via une qualité de sommeil réduite, la suppression de la mélatonine ou l'activation du système nerveux sympathique pendant le sommeil.

Ils ont mené cette étude avec 20 jeunes adultes dont la moitié ont passé une nuit dans une chambre éclairée (100 lux) et une nuit avec une lumière tamisée (3 lux) et l'autre moitié a passé deux nuits avec une lumière tamisée (3 lux).

La résistance à l'insuline étaient plus élevée dans le cas de la lumière ambiante que dans celui de la lumière tamisée.

La cause n'était pas les niveaux de mélatonine, souvent qualifiée d'hormone du sommeil, puisqu'ils étaient similaires dans les deux conditions.

Dans le cas de la lumière ambiante, les participants ont passé proportionnellement plus de temps dans le stade 2 du sommeil, celui du sommeil léger, et moins de temps dans les stades de sommeil profond et de sommeil paradoxal. (Quels sont les stades du sommeil ?)

Leur fréquence cardiaque était aussi plus élevée et moins variable. Des recherches précédentes ont montré que l'exposition à la lumière pendant la journée augmente la fréquence cardiaque via l'activation du système nerveux sympathique, ce qui augmente la vigilance pour relever les défis de la journée. « Nos résultats indiquent qu'un effet similaire est également présent lorsque l'exposition à la lumière se produit pendant le sommeil nocturne », souligne Zee. La fréquence cardiaque augmente dans une pièce éclairée et le corps ne peut pas se reposer correctement.

Les systèmes nerveux sympathique et parasympathique régulent la physiologie pendant la journée et la nuit. Le sympathique est dominant le jour et le parasympathique est censé l'être durant la nuit, permettant au corps de se restaurer.

La résistance à l'insuline se produit lorsque les cellules des muscles, des tissus adipeux et du foie ne répondent pas bien à l'insuline et ne peuvent pas utiliser le glucose dans le sang comme source d'énergie. Pour compenser cela, le pancréas fabrique plus d'insuline. Au fil du temps, la glycémie augmente.

Une étude antérieure, menée avec près de 44 000 personnes et publiée dans le JAMA Internal Medicine en 2019, a montré que chez celles qui avaient l'habitude de dormir avec un éclairage, le surpoids et l'obésité étaient plus fréquents.

La présente étude montre « un mécanisme qui pourrait être fondamental pour expliquer pourquoi cela se produit », indique Zee. « Nous montrons que l'éclairage affecte la capacité à réguler le glucose. »

« En plus du sommeil, de la nutrition et de l'exercice, l'exposition à la lumière pendant la journée est un facteur important pour la santé, mais pendant la nuit, nous montrons que même une intensité lumineuse modeste peut altérer les mesures de la santé cardiaque et endocrinienne ».

Le chercheur conseille :

  • de ne pas allumer de lumières la nuit ; si vous avez besoin d'avoir une lumière allumée (pour la sécurité), utilisez une lumière tamisée plus proche du sol ;

  • de choisir une lumière ambre ou rouge/orange qui est moins stimulante pour le cerveau ; n'utilisez pas de lumière blanche ou bleue et éloignez-la de la personne endormie ;

  • d'utiliser des stores opaques ou des masques pour les yeux ; si cela n'est pas possible, déplacez le lit pour que la lumière extérieure n'arrive pas directement sur votre visage.

« Si vous êtes capable de bien voir les choses dans la pièce, c'est probablement trop clair », indique le chercheur.

Pour plus d'informations sur le sommeil, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Northwestern University, PNAS.
Tous droits réservés.