Sclérose en plaques: un facteur environnemental expliquerait pourquoi les femmes sont plus touchées

Des facteurs génétiques semblent se combiner à des influences environnementales pour augmenter la susceptibilité des femmes à la sclérose en plaques, selon une étude génétique britannique publiée dans le revue Neurology.

George C. Ebers de l'Hôpital John Radcliffe Oxford (Angleterre) et ses collègues ont mené cette étude avec 7000 personnes appartenant à 1055 familles affectées par la sclérose en plaques.

Parmi les 2100 personnes atteintes de la maladie, 73 % étaient des femmes. Les études à travers le monde, indiquent les chercheurs, rapportent un ratio approximatif de 2 femmes pour un homme. Alors qu'il y a 100 ans, la maladie était rapportée également chez les hommes et les femmes.

Il était déjà connu que la maladie (comme d'autres maladies auto-immunes) a une forte composante héréditaire basée sur les gènes du complexe majeur d'histocompatibilité (qui sont les gènes de la réponse immune), mais la raison de la prédominance chez les femmes n'est pas claire.

La probabilité de transmission entre générations dans une famille était plus faible lorsque les membres affectés étaient liés plus directement (parent-enfant, frère-soeur) que lorsque les liens étaient de 2ième degré (oncle/tante - neveu/nièce). Dans les 2 types de famille, le risque de transmission était plus élevé lorsque les personnes affectées étaient des femmes.

"Il semble que moins il y a de bagage génétique commun entre les personnes, plus l'héritabilité d'une variation du gène HLA touche les femmes", dit Orhun Kantarci de la Clinique Mayo à Rochester dans un éditorial accompagnant l'étude.

Il considère que l'épigénétique (une influence environnementale qui laisse une marque transmissible héréditairement sur le matériel génétique) fournit le seul mécanisme plausible pour expliquer la survenue de la prédominance de la maladie chez les femmes. "Étant donnée la rapidité de l'augmentation de ce ratio, il ne semble pas y avoir eu assez de temps d'évolution pour qu'un risque purement génétique ait pu se développer et donc l'interaction entre génome et environnement semble l'explication la plus probable", écrit Orhun Kantarci.

Ebers et ses collègues mentionnent que les gènes du complexe majeur d'histocompatibilité sont aussi considérés comme étant les influences génétiques majeures d'autres maladies auto-immunes comme le lupus et l'arthrite rhumatoïde, qui affectent aussi beaucoup plus les femmes que les hommes.

Voyez également:

Sclérose en plaques: espoir de traitement par l'activation des cellules souches du cerveau (déc. 2010)
Sclérose en plaques et IVCC: le collège des médecins du Québec fait le point (nov. 2010)
Sclérose en plaques: la vitamine D liée au risque de rechute

Psychomédia avec sources:
Medpage Today, Science Daily
Tous droits réservés