Tabac: ''J'arrête'' fonctionne mieux que ''J'arrêterai''

Selon une recherche, parue dans le British Medical Journal, les fumeurs qui décident d'arrêter de fumer sur le champ réussissent plus souvent que ceux qui le font en planifiant à l'avance.

Plus de 1800 fumeurs et anciens fumeurs ont été questionnés sur leur dernière tentative d'arrêter de fumer. Plus de la moitié rapportaient avoir pris une décision instantanée sans avoir planifié à l'avance. Ce comportement se produisait davantage chez les 55 ans et plus, période où les accidents de santé sont plus fréquents, y compris dans
l'entourage. Ces tentatives non planifiées avaient 2.6 fois plus de chances d'être réussies (au moins six 6 mois d'arrêt) que celles planifiées à l'avance.

Selon les chercheurs, ces résultats ne condamnent pas la planification qui peut être utile pour préparer de l'aide (thérapie de remplacement de la nicotine, support, informations, etc.), elle met plutôt en évidence l'importance de l'état d'esprit. Les chercheurs font l'hypothèse que le fumeur est déjà sensibilisé. Éventuellement un déclencheur, même petit, l'amène à se décider à faire une sérieuse tentative, prêt ou pas.

Les chercheurs recommandent de tenir compte de cette observation sur la décision non programmée dans le cadre des campagnes antitabac.

Source: British Medical Journal Online First, 27 janvier 2006, Online edition.

Voyez également:

Arrêter de fumer, quelques minutes d'exercice réduisent l'envie
Arrêter de fumer : la difficulté liée à la période du cycle pour les femmes
Médicament antitabagique Champix: humeur dépressive et idées suicidaires?

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Arrêter de fumer