L'ecstasy peut endommager le cerveau dès les premières prises

L'ecstasy peut endommager le cerveau dès les premières utilisations
Des chercheurs néerlandais ont montré qu'une petite quantité d'ecstasy chez des nouveaux utilisateurs peut être dommageable pour le cerveau. Ils ont observé des altérations de certaines cellules nerveuses et une diminution de la circultation sanguine dans quelques régions du cerveau ainsi qu'une diminution dans la performance à des tests de mémoire verbale chez des jeunes adultes qui n'avaient pris, en moyenne, que 6 comprimés au cours des 18 derniers mois.
L'ecstasy est une drogue stimulante et psychédélique. Elle agit sur les neurones (cellules nerveuses) qui communiquent au moyen de la sérotonine. La sérotonine joue un rôle important dans le contôle de plusieurs processus mentaux dont l'humeur et la mémoire.

Des recherches antérieures ont montré que l'usage intensif et à long terme de l'ecstasy peut endommager ces neurones et causer de la dépression, de l'anxiété, de la confusion, des difficultés de sommeil et une diminution de la mémoire.

Dr. de Win et son équipe ont examiné 188 volontaires qui n'avaient pas consommé d'ecstasy mais qui étaient à risque de le faire dans un futur proche. L'examen comprenait des mesures, au moyen d'imagerie cérébrale, de l'intégrité des cellules nerveuses et du flux sanguin dans différentes parties du cerveau ainsi que divers tests psychologiques. Après 18 mois, 59 de ces participants qui avaient consommé de l'ecstasy (6 comprimés en moyenne) et 56 qui n'en avaient pas consommé ont été ré-examinés.

Les résultats montrent que des doses légères n'ont pas un impact sévère sur les neurones sérotonergiques et sur l'humeur.Toutefois il y avait des indications de changement dans l'architecture de certaines cellules et un flux sanguin diminué dans certaines régions du cerveau, suggérant des effets prolongés de la drogue, incluant des dommages aux cellules. La performance aux tests de mémoire verbale était également diminuée.

"Nous ne savons pas encore si ces effets sont temporaires ou permanents", explique l'auteur. "Nous ne pouvons donc conlure que la consommation d'ecstasy, même en légère dose, est sécuritaire pour le cerveau. Les gens devraient être informés du risque."

Source: Annual meeting of the Radiological Society of North America (Eurekalert)

- Les parents connaissent peu la consommation de drogues et d'alcool de leurs ados
- Les médicaments remplacent l'ecstasy chez les jeunes Américains
- Drogues et alcool: récentes données en France et aux É.U.
- La consommation de cocaïne en hausse en Europe
- Plan gouvernemental pour traiter les addictions en France

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Toxicomanies