La consommation régulière d'alcool augmente les risques d'abus

Plus une personne consomme régulièrement de l'alcool, plus elle risque de trop boire à certaines occasions selon une récente étude publiée dans la revue Addiction. Siroter du vin, de la bière ou des spiritueux 3 à 4 fois par semaine augmente considérablement le risque.

Catherine Paradis, Andrée Demers et leurs collègues des Universités de Montréal et Western (Ontario) ont analysé les habitudes de consommation de 11000 Canadiens. La consommation fréquente était liée à un plus grand risque d'abus pour les hommes et les femmes de tout âge.
Les buveurs occasionnels, qui boivent moins d'une fois par semaine, prennent rarement plus de 2 verres (1) lors d'une même occasion, montre l'étude. Une majorité des femmes ne consomme de boissons alcoolisées qu'une à 3 fois par mois.

Ceux qui boivent une ou 2 fois par semaine, en majorité des hommes, ont plus de risque de prendre plus de 5 verres dans une même soirée que ceux qui ne boivent que quelques fois par mois.

Ceux âgés entre 18 et 24 ans qui consomment de 5 à 7 fois par semaine ont un risque 7 fois supérieur d'abuser à certaines occasions. Beaucoup de Canadiens consomment des boissons alcoolisées tous les jours.

Une consommation régulière augmente la tolérance. Les gens qui boivent tous les jours ont besoin de consommer davantage qu'un ou 2 verres habituels pour ressentir une différence marquée et éprouver un sentiment de fête, commente Mme Paradis.

« La relation entre la fréquence de la consommation d'alcool et la consommation occasionnelle pourrait être à la fois culturelle et biologique, considère Andrée Demers, professeure de sociologie et coauteure.

Voyez également:

Comment reconnaître l'alcoolisme (dépendance à l'alcool)?
Équivalences entre boissons alcoolisées; taux d'alcoolémie légal au volant
Les boissons énergisantes modifient la perception des effets de l'alcool

(1) Un verre d'alcool correspond à 5 onces de vin, 1,5 once de spiritueux, 12 onces de bière ou 3 onces de porto.

Psychomédia avec sources: Information hospitalière, Science Daily
Tous droits réservés