La glucosamine favoriserait le développement du diabète et affecterait le cerveau

Alors que des études récentes concluaient à l'inefficacité de la glucosamine contre les douleurs arthritiques, une étude canadienne, publiée dans le Journal of Endocrinology, montre qu'elle pourrait s'avérée néfaste pour la santé en entraînant la mort des cellules du pancréas qui produisent l'insuline. Des doses élevées de glucosamine ou des doses normales prises pendant une période prolongée pourraient ainsi favoriser le développement du diabète.
Des chercheurs de l'Université Laval (Québec), Mathieu Lafontaine-Lacasse, Geneviève Doré et Frédéric Picard, ont réalisé des tests in vitro qui ont montré que la glucosamine provoquait une augmentation de la mortalité des cellules du pancréas.

Le taux de mortalité cellulaire augmentait avec la dose de glucosamine et de la durée de l'exposition. «Aux fins de l'expérience, nous avons utilisé des doses 5 à 10 fois supérieures à la dose recommandée par la plupart des fabricants (1500 mg/jour), indique Frédéric Picard. Des études antérieures ont révélé qu'une bonne proportion des consommateurs de glucosamine augmentent la posologie dans l'espoir d'obtenir plus d'effets.»

La glucosamine est un glucide dont la structure chimique s'apparente à celle du glucose. Tout comme le glucose, elle stimule la synthèse des hexoamines qui sert à abaisser le taux de glucose sanguin. La production d'hexoamines diminue toutefois le niveau de la protéine SIRT1 qui joue un rôle dans la survie de la cellule et, conséquemment, favorise l'activation du mécanisme de mort cellulaire dans les tissus où cette protéine est particulièrement abondante, soit le pancréas et le cerveau.

Les personnes qui consomment beaucoup de glucosamine, celles qui en consomment pendant de longues périodes et celles qui possèdent peu de SIRT1 dans leurs cellules courraient donc plus de risques. Chez plusieurs espèces de mammifères, le niveau de SIRT1 diminue avec l'âge.

Deux études récentes ont conclu à une inefficacité de la glucosamine. Une première publiée en juillet dans le Journal of American Medical Association comparait la glucosamine à un placebo (produit inactif) et montrait qu'elle n'aidait pas à soulager les douleurs lombaires chroniques causées par l'arthrose. Une deuxième, publiée dans le British Medical Journal en septembre, analysait 10 essais cliniques impliquant plus de 3000 personnes. Elle montrait que la glucosamine était inefficace contre les douleurs arthritiques de la hanche et du genoux.

La glucosamine est devenu populaire après que des chercheurs aient rapporté dans The Lancet en 2001 qu'elle pourrait être l'un des premiers produits à prévenir l'aggravation de l'arthrose. Les ventes mondiales de glucosamine ont atteint près de 2 milliards de dollars en 2008.

Voyez également:

Vivre avec l'arthrite: types, prévention, médicaments ... (Santé publique Canada)
L'arthrite rhumatoïde pourrait être liée à une carence en vitamine D

Psychomédia avec source: Université Laval
Tous droits réservés