Dangers de l'aspartame: sous la pression, la commission européenne devance la réévaluation

La Commission européenne réévaluera la dose journalière admissible de l'aspartame dès septembre 2011. Cette réévaluation, initialement prévue pour 2020, avait déjà été avancée à 2012.

En juin, le Réseau Environnement Santé (RES) et Générations futures (GF), soutenus par trois députés, demandaient que la dose journalière admissible (DJA) soit invalidée car, affirmaient-ils, elle repose sur des études non publiées, introuvables et de qualité douteuse.

Plusieurs études tendent à montrer que la DJA actuelle ne protège pas la santé des consommateurs et fait notamment courir aux femmes enceintes un risque d'accouchement prématuré. A chaque fois, leurs conclusions ne sont pas jugées assez démontrées scientifiquement par les autorités sanitaires françaises et européennes.

  • En janvier dernier, deux études suggéraient un risque de naissance prématurée et de cancer. Mais en mars, l’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA) a maintenu sa position sur l'innocuité de l'aspartame et des édulcorants.

L'ONG CEO (Corporate Europe Observatory), indique le RES, a mis en évidence que 11 experts sur les 20 membres du comité additifs de l'EFSA sont en situation de conflit d'intérêts.

  • Selon le RES, l'Efsa s'est basée pour établir la DJA sur la décision de Food and Drug Administration (FDA), l'autorité américaine, reposant elle-même sur des études qui n'auraient pas été faites selon les règles. Dans un article parue sur Rue89, le 27 juin, la journaliste Colette Roos rapporte, suite à l'enquête de Marie-Monique Robin « Notre poison quotidien », que l'aspartame développé par la firme Searle dont le patron était alors Donald Rumsfeld, le même qui a dirigé la guerre en Irak au côté de George Bush, a été homologué peu après l'arrivée au pouvoir de son ami Ronald Reagan. (Voyez: Aspartame: la dose admissible repose sur des études non publiées, introuvables et de qualité douteuse)

L'aspartame est consommé par 200 millions d'Européens.

Voyez également:

France soir
Tous droits réservés