Les vitamines B, C, D et E ainsi que les oméga-3 renforcent les capacités mentales

Les personnes âgées qui ont une bonne alimentation, telle que mesurée par les teneurs en certaines vitamines et en oméga-3 dans le sang, ont un cerveau en meilleure santé et de meilleures capacités cognitives (mentales) et de mémoire, selon une étude, financée par les National Institutes of Health américains, publiée dans la revue Neurology.

Maret Traber et Gene Bowman de l'Université d'Oregon ont mesuré 30 bio-marqueurs sanguins de nutriments chez 104 personnes âgées de 87 ans en moyenne.

Chez 42 d'entre elles, le volume du cerveau a aussi été mesuré par imagerie cérébrale.Les participants avaient, dans l'ensemble, un bon régime alimentaire mais 7 % avaient une carence en vitamine B12 et 25 % en vitamine D.

Les meilleurs résultats aux tests intellectuels et aux mesures du volume cérébral étaient associées à des niveaux élevés d'oméga-3 d'origine marine et de vitamines B, C, D et E. Ces niveaux élevés reflètent notamment une alimentation riche en fruits, légumes et poissons.

Les pires résultats étaient associés à une plus grande consommation de gras-trans qui se trouvent notamment dans les aliments frits, certaines pâtisseries, certaines margarines et le fast-food.

Une réduction du volume du cerveau est un phénomène typiquement observé chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, notent les auteurs.

La plus grande partie de la variation de performance mentale était liée à des facteurs tels que l'âge ou l'éducation, mais le statut nutritionnel en expliquait 17% et expliquait 37% de la variation du volume cérébral. Les variations des capacités mentales liées à l'alimentation peuvent être dues aux impacts sur le volume cérébral et sur la fonction cardio-vasculaire, expliquent les chercheurs.

Les études épidémiologiques de la maladie d'Alzheimer ont suggéré un rôle de la nutrition mais les recherches (utilisant la méthode conventionnelle des questionnaires pour mesurer l'alimentation) et portant sur des nutriments spécifiques isolés ont eu des résultats contradictoires. Cette étude utilisant des mesures sanguines et portant sur une plus grande variété de nutriments apporte des indications nouvelles, soulignent les chercheurs. Ces résultats demeurent toutefois à confirmer par des études futures.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Eurekalert. Tous droits réservés.