En dépression, plus d'inflammation en réponse au stress

Voyez également:
La dépression causerait l'inflammation, augmentant le risque cardiovasculaire
L'inflammation causerait la dépression

Les personnes souffrant de dépression majeure ont une plus grande réponse inflammatoire au stress psychologique, selon une étude publiée dans l'American Journal of Psychiatry. Parce qu'une telle réponse peut contribuer à plusieurs maladies ainsi qu'à la dépression elle-même, les résultats suggèrent que cette réponse inflammatoire peut faire partie de l'explication du lien entre dépression et d'autres maladies incluant les maladies cardiaques, le cancer et le diabète.

L'étude impliquait 28 participants en santé dont la moitié avait un diagnostic de dépression majeure et l'autre moitié n'était pas déprimée. Les participants étaient exposés à une situation stressante de 20 minutes. Un échantillon de sang était pris toutes les 15 minutes pendant un heure et demie afin de vérifier la présence d'indicateurs d'inflammation (l'interleukine-6 sécrétée par le système immunitaire et le facteur-kB dans les globules blancs).
Avant la situation stressante les participants déprimés avaient une inflammation plus grande que ceux qui ne l'étaient pas. En réation à la situation stressante les deux groupes ont présenté une augmentation de l'inflammation mais cette dernière était plus importante chez les participants déprimés.

Alors que l'inflammation est nécessaire pour combattre les bactéries et les virus, une trop grande inflammation est nuisible, explique l'auteur. "Nous croyons maintenant que trop d'inflammation peut prédisposer les gens à devenir déprimé ou à rester déprimé. De plus, les recherches dans la dernière décennie ont montré que l'inflammation peut jouer un rôle dans différentes maladies comme les maladies cardiaques, le cancer et le diabète qui ont toutes été associées à la dépression.

Les participants souffrant de dépression avaient aussi eu plus d'expériences stressantes tôt dans leur vie, ce qui est fréquent chez les personnes déprimées, indique l'auteur.

Voyez également:

Sommeil et liens sociaux protègeraient de l'inflammation
Dossier: Dépression