Les risques de l'antidiabétique Avandia confirmés

Une étude gouvernementale américaine confirme les dangers pour le coeur de l'Avandia, un médicament contre le diabète de type 2. L'utilisation de l'Avandia pourrait être liée à 60.000 à 100.000 infarctus depuis sa mise sur le marché il y a huit ans.

C'est ce qu'a révélé le sénateur républicain Charles Grassley à la tribune de la chambre haute jeudi. La Food and Drug Administration, avait déjà demandé
"il y a plusieurs mois" qu'un avertissement figure sur les boîtes, a-t-il précisé.

Une recherche publiée le New England Journal of Medicine la semaine dernière, basée sur l'analyse de 44 études concernant ce médicament, révélait un risque accru de 45% de crise cardiaque.

Après la publication de cette recherche la FDA (Food and Drug Administration) américaine a émis une "alerte de sécurité", conseillant aux personnes prenant l'Avandia, particulièrement ceux qui sont à plus haut risque de crise cardiaque, de demander conseil à leur médecin.

Un des co-auteurs de cette recherche avait rendu ses interrogations publiques concernant l'Avandia dans une lettre publiée dans le Lancet en décembre dernier.

Dans cette lettre, il notait une augmentation des problèmes cardio-vasculaires dans un essai clinique auprès de 5000 patients. Dans cet essai, l'Avandia amenait des augmentations de 66% des attaques cardiaques, de 39% des accidents cérébrovasculaires et de 20% des décès reliés aux problèmes cardiovasculaires. Les résultats d'un autre essai clinique, publiés en décembre, indiquaient aussi des risques plus élevés de problèmes cardiaques comparativement à un autre médicament pour le diabète.

L'Avandia est sur le marché depuis 1999. Plus de deux millions de personnes dans le monde le prennent chaque année. Il réduit la glycémie en améliorant l'efficacité de l'insuline et en facilitant l'absorption de glucose par les cellules de l'organisme. Des effets secondaires possibles sont des infections respiratoires, des maux de tête, une prise de poids et une rétention d'eau.

Source: New York Times

Voyez également:

La dépression pourrait déclencher le diabète
Diabète: une première, un médicament qui traite la cause
Sommet jamais atteint: un New Yorkais sur 8 diabétique !

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Adaptation à la maladie