Ménopause: les capacités d'apprentissage temporairement affectées

Les capacités d'apprentissage seraient temporairement diminuées vers la fin de la préménopause selon une étude publiée dans la revue Neurology. Gail Greendale de l'Université de Californie à Los Angeles et ses collègues ont mené cette étude avec 2362 femmes âgées de 42 à 52 ans qui avaient eu au moins une période menstruelle durant les 3 mois précédant l'étude.
Elles passaient des tests de mémoire verbale, de mémoire de travail et de vitesse de pensée (vitesse de traitement d'informations) à différentes étapes de la transition vers la ménopause:

- la préménopause (pas de changement dans le cycle menstruel);
- le début de la périménopause (irrégularité dans le cycle mais pas d'absence de règle d'une durée de 3 mois);
- la fin de la périménopause (absence de règle pendant 3 à 11 mois) ;
- la postménopause (pas de règle depuis 12 mois).

La performance à ces tests s'améliorait avec leur répétition. Mais cette amélioration était moins importante à la périménopause. L'amélioration de la vitesse de pensée à la fin de la périménopause ne représentait que 28% de celle de la préménopause. L'amélioration de la mémoire verbale au début et à la fin de la périménopause ne représentait que 29% et 7% de celle de la préménopause. « Combinés, ces résultats indiquent qu'au début et à la fin de la périménopause, les femmes n'apprennent pas aussi bien que durant les autres étapes de la transition », résume Greendale.

« Ces résultats sont concordants avec les problèmes de mémoire rapportés par 60% des femmes comme symptôme durant la période de transition vers la ménopause », dit-elle. « La bonne nouvelle est que ces effets sur l'apprentissage semblent être temporaires. Les résultats montrent, qu'à la postménopause, l'apprentissage revient au niveau de la préménopause. »

Les résultats montrent aussi que les hormones de substitution, œstrogène et progestérone, avant la ménopause amélioreraient la mémoire verbale et la vitesse de pensée. Mais au contraire, ces hormones, après les dernières règles, avaient un effet négatif: les femmes en postménopause qui prenaient des hormones ne présentaient pas d'amélioration contrairement à celles qui n'en prenaient pas. « Nos résultats suggèrent que la période critique pour les bénéfices de l'estrogène et la progestérone sur le cerveau peut être avant la ménopause, mais ces résultats devraient être interprétés avec précaution », dit Greendale.

Voyez également:

Perdre du poids à la ménopause
Enquête sur les symptômes de ménopause: leur sévérité, fréquence et évolution

Psychomédia avec source: Science Daily.
Tous droits réservés.