Des psychologues identifient trois facteurs importants pour le maintien de la motivation à poursuivre les efforts pour accomplir une tâche ou atteindre des objectifs.

L'autonomie

Si une activité est poursuivie pour elle-même plutôt que parce que des pressions extérieures y obligent, la motivation est plus grande, soutiennent les psychologues Edward L. Deci et Richard M. Ryan de l'Université de Rochester. Se sentir en charge plutôt que contrôlé(e) augmente considérablement la motivation. C'est ce qui distingue la motivation dite intrinsèque de la motivation extrinsèque.

Des études ont montré que, chez des étudiants, des athlètes ou des employés, la perception d'autonomie permet de prévoir l'énergie avec laquelle ils vont poursuivre un objectif. Elles ont aussi montré qu'accomplir une tâche que l'on endosse est ressenti comme moins épuisant qu'une tâche imposée.

Les valeurs

La motivation est favorisée par le fait de rester fidèle à ses convictions et ses valeurs. Valoriser une activité aide à restaurer un sens de l'autonomie.

Le sentiment de compétence

Le sentiment de compétence, qui a aussi été appelé sentiment d'efficacité personnelle, influence la motivation. Plus une personne pratique, plus elle se sent compétente et inversement, plus elle se sent compétente, plus elle est susceptible de consacrer du temps à une activité et de poursuivre son engagement, ont montré des études dans les domaines sportifs, artistiques et académiques.

L'attitude et les croyances par rapport aux compétences influencent aussi la motivation. La psychologue Carol S. Dweck de l'Université Stanford a montré, dans plusieurs études, que les personnes qui pensent que la compétence vient surtout d'un talent inné ont tendance à abonner plus facilement car elles estiment que le défi dépasse leurs capacités. Alors qu'avoir tendance à penser que les efforts améliorent la compétence aide à continuer à apprendre.

Psychomédia avec source: Scientific American
Tous droits réservés.