Les régimes sporadiques favoriseraient des réactions cérébrales d'addiction

La consommation irrégulière d'aliments riches en gras et en sucre pourrait causer des changements dans le cerveau comparables à ceux observés dans la dépendance aux drogues et à l'alcool, selon une étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Selon les chercheurs, de l'Université de Boston et du Scripps Research Institute, certaines formes d'obésité et de troubles alimentaires pourraient être abordés comme des maladies chroniques récurrentes, d'alternances d'abstinence (régime amaigrissant dans lequel des aliments interdits, riches en gras et en sucres, sont évités) et de rechutes (consommation compulsive et souvent incontrôlable de ces aliments) qui se poursuivent malgré les conséquences négatives (1).
Alors que les propriétés renforçantes des aliments au goût agréable sont bien évidentes, moins d'attention a été portée à l'augmentation de la probabilité d'un comportement de suralimentation provoquée par l'élimination des états émotionnels négatifs causés par la privation ou le sevrage lors d'un régime.

Les chercheurs ont comparé les réponses neurobiologiques de rats ayant un régime cyclique, alternant entre 5 jours d'une alimentation standard et 2 jours d'une alimentation riche en sucre et en gras, et de rats ayant une alimentation standard régulière.

Quand les rats qui avaient une alimentation cyclique recevaient leur alimentation standard, ils étaient moins intéressés à leur nourriture et présentaient de l'anxiété. Quand ils recevaient les aliments sucrés et gras, ils mangeaient plus que leur besoin et leurs comportements anxieux revenaient à la normale.

Durant l'abstinence des aliments gras et sucrés, les rats présentaient une augmentation de l'activité du gène régulant l'hormone appelée "facteur de libération de la corticotropine" (CRF) dans l'amygdale, une région du cerveau impliquée dans la peur, l'anxiété et les réponses au stress. Le niveau de cette hormone ne revenait à la normale que pendant les jours où ils recevaient des aliments sucrés et gras. Le blocage d'un récepteur de cette hormone prévenait complètement les conséquences comportementales du sevrage de ces aliments.

"En observant ce système, nous comprenons les causes des échecs répétitifs des régimes", expliquent Pietro Cottone et Valentina Sabino, coauteurs. "L'activation du CRF durant l'abstinence induit un état émotionnel négatif qui est responsable des signes d'anxiété et contribue à la rechute vers les aliments défendus. Le stress vécu par plusieurs personnes qui suivent un régime pour maigrir a des similitudes neurologiques avec l'état émotionnel négatif des personnes toxicomanes.

Voyez également:

Les gras saturés augmentent l'appétit pour plusieurs jours
Maigrir: tenir compte des réactions aux manque de sommeil, stress, aliments riches
Maigrir sans régime: 10 stratégies appuyées par les recherches
Cinq types de régimes à éviter pour maigrir durablement

(1) La poursuite du comportement de consommation malgré les conséquences négatives fait partie des critères diagnostiques de l'addiction (dépendance à une substance).