Dans un article paru dans la revue Psychological Review de l'American Psychological Association, Carol Dweck, professeure renommée de psychologie sociale à l'Université Stanford, propose que la personnalité se développe autour des trois besoins fondamentaux :

  • de prédire le monde,
  • d'acquérir des compétences pour agir sur le monde,
  • et d'être accepté par les autres.

Plus tard, de nouveaux besoins émergent à partir de combinaisons de ces besoins fondamentaux.

Dans cet article, la psychologue « 
s'appuie sur des approches classiques et actuelles pour proposer une théorie qui intègre la motivation, la personnalité et le développement dans un cadre unique, en utilisant un ensemble commun de principes et de mécanismes
 ».

Les nourrissons, explique-t-elle, arrivent dans la vie très bien préparés pour répondre à leurs besoins : ils sont des apprenants brillants à la recherche d'information pertinente. Alors, quand ils essaient de combler leurs besoins, ils vivent des expériences et commencent à former des croyances sur le monde et leur rôle dans le monde : celui-ci est-il bon ou mauvais, sécuritaire ou dangereux ? Est-ce qu'ils peuvent agir pour combler leurs besoins ?

Ces croyances, avec les émotions et les tendances à l'action qui les accompagnent, constituent des représentations mentales des expériences accumulées. Ces représentations jouent un rôle clé dans le développement de la personnalité.

La personnalité comprend une partie invisible et une partie visible. La partie invisible est constituée des besoins et des représentations qui forment la base de la personnalité et qui dirigent la partie visible.

La partie visible se produit quand les besoins et les représentations créent des buts réels que les gens poursuivent dans le monde - ce que les gens font réellement.

Le communiqué de l'American Psychological Association (APA) explique :

« Prenons l'exemple suivant. Certaines personnes sont consciencieuses (faites le test) ; elles recherchent activement la réussite et font preuve d'autodiscipline et de persévérance. C'est la partie visible. Tout le monde a besoin de compétences, mais la façon dont les gens cherchent à acquérir des compétences - que ce soit consciencieusement ou non - dépendra de la partie invisible (leurs croyances et leurs représentations).

Les recherches montrent que certaines personnes croient que leurs capacités sont des traits fixes. Lorsqu'elles sont confrontées à une tâche difficile, parce que celle-ci comporte un risque, elles choisissent une tâche plus facile à la place. Car la tâche difficile et risquée pourrait exposer leur aptitude fixe comme étant déficiente ; cela pourrait miner leur sentiment de compétence.

Alors que d'autres personnes croient que leurs capacités peuvent être développées. Elles sont plus enclines à accepter une tâche difficile et à persévérer face aux échecs afin de développer leurs compétences. Elles affichent les signes distinctifs de la “consciencieusité” (faites le test). En d'autres termes, les représentations sous-jacentes peuvent avoir un effet marqué sur la “personnalité” visible que les gens manifestent dans la poursuite de leurs objectifs. »

« Le tempérament peut aussi être important. Par exemple, si les enfants sont timides ou craintifs, cela peut rendre certains besoins (comme le besoin de prévisibilité) plus forts que d'autres et cela peut influer sur la façon dont ils réagissent aux choses qui leur arrivent - deux facteurs qui peuvent façonner les représentations qu'ils développent et perpétuent. »

« Quelles sont les implications de cette théorie ? Tout d'abord, elle signifie que notre personnalité se développe autour de nos motivations (nos besoins et nos objectifs) et qu'il ne s'agit pas seulement de traits de caractère avec lesquels nous sommes nés. Elle révèle également les parties invisibles de la personnalité et montre comment nous pouvons identifier et aborder les représentations importantes (particulièrement les croyances) pour promouvoir le changement de personnalité. »

« Bref, à l'instar des grandes théories classiques du siècle dernier, la théorie actuelle réunit dans un cadre unique nos motivations, notre personnalité et notre développement et permet de mettre en lumière les processus qui contribuent au bien-être et à la croissance humaine. »

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : American Psychological Association, Psychological Review.
Tous droits réservés.