Se sentir stressé ou anxieux améliore la capacité de traiter et d'incorporer les mauvaises nouvelles, selon une étude publiée dans le Journal of Neuroscience.

L'étude montre qu'une tendance connue à accorder plus d'attention aux bonnes nouvelles qu'aux mauvaises, le biais d'optimisme, disparaît lorsque les gens se sentent menacés.

« En général, explique Tali Sharot de l'University College London, nous sommes plutôt optimistes - nous ignorons le mauvais et accueillons le bon. Et c'est effectivement ce qui s'est produit lorsque les participants à l'étude se sentaient calmes ; mais lorsqu'ils étaient stressés, une tendance différente s'est dégagée. Dans ces conditions, ils sont devenus vigilants face aux mauvaises nouvelles, même lorsqu'elles n'avaient rien à voir avec la source de leur anxiété ».

Des études précédentes ont montré que les gens sont plus susceptibles d'incorporer une information dans leurs croyances existantes si elle est positive. Un tel optimisme peut être bon pour le bien-être et garder les gens motivés, mais peut être inutile lorsque les gens sous-estiment des risques graves, de sorte que les chercheurs ont cherché à comprendre si la tendance humaine générale à donner la priorité aux bonnes nouvelles pouvait varier en fonction de certaines conditions.

L'étude a été menée en deux parties : l'une dans un laboratoire de l'université et l'autre avec des pompiers du Colorado.

Au laboratoire, la moitié des 35 participants se sont fait dire au départ qu'ils auront à prononcer un discours sur un sujet surprise devant un panel de juges après avoir accompli une tâche - ce qui augmentait leur niveau de stress - tandis que l'autre moitié s'est fait dire qu'ils feraient un travail d'écriture facile à la fin de l'étude. Le stress accru chez ceux qui s'attendaient à prendre la parole en public a été confirmé par des mesures de l'activation physiologique (en testant leur conductivité cutanée et leur taux de cortisol) et de l'anxiété autodéclarée.

Pour la tâche, les participants devaient estimer le niveau de risque de divers événements menaçants, comme le fait d'être victime d'un cambriolage domestique ou d'une fraude par carte de crédit. Ils ont ensuite été informés des risques réels - qui constituaient de bonnes ou mauvaises nouvelles, selon la comparaison avec leur estimation. Plus tard, on leur a demandé de fournir de nouvelles estimations de ces risques.

Comme prévu, les participants qui n'étaient pas stressés (plus détendus) ont mieux intériorisé les bonnes nouvelles que les mauvaises. Ces participants ont continué de sous-estimer certains risques, même lorsqu'on leur a dit que l'événement menaçant était plus probable qu'ils ne le pensaient.

Les participants stressés ou anxieux étaient meilleurs que les ceux plus détendus pour incorporer les mauvaises nouvelles dans leurs croyances existantes, tout en répondant normalement aux bonnes nouvelles.

L'étude a été reproduite avec des résultats similaires dans un contexte réel avec des pompiers, qui ont effectué la tâche en ligne pendant qu'ils étaient en poste entre deux appels à la station. Leur anxiété était mesurée par auto-évaluation et variait naturellement en raison de l'instabilité de leur environnement de travail.

Ces résultats aident à expliquer comment les gens profitent d'une façon généralement optimiste de traiter l'information, tout en tenant compte des signes avant-coureurs lorsqu'ils sont menacés.

« Un commutateur qui augmente ou diminue automatiquement la capacité à traiter les alertes en réponse aux changements dans l'environnement pourrait être utile. Sous la menace, une réaction de stress est déclenchée et augmente la capacité d'apprendre à connaître les dangers - ce qui pourrait être souhaitable. Par contre, dans un environnement sûr, il serait inutile d'être constamment en état d'alerte élevée. Un certain degré d'ignorance peut aider à garder l'esprit tranquille », explique Neil Garrett, coauteur.

Pour plus d'informations sur l'optimisme, l'anxiété et le stress, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : University College London, The Journal of Neuroscience.
Tous droits réservés.