La pression pour se sentir de bonne humeur et positif peut avoir pour résultat d'amplifier les émotions négatives, alors qu'accepter les humeurs plus sombres peut aider à se sentir mieux à long terme, selon une étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology (JPSP).

Les gens diffèrent dans leur tendance habituelle à accepter leurs émotions et leurs pensées négatives sans juger.

Ils peuvent les juger inacceptables ou « mauvaises », lutter contre ces expériences et s'efforcer de les modifier. Ou, ils peuvent les accepter et les reconnaître comme un phénomène naturel.

Des études ont lié l'acceptation à une meilleure santé psychologique. Iris B. Mauss, professeure de psychologie à l'Université de Californie à Berkeley, et ses collègues (1) ont mené une série d'études pour vérifier l'hypothèse selon laquelle ce lien serait expliqué par le fait que l'acceptation permet de moins réagir aux expériences mentales négatives.

« Peut-être que si vous avez une attitude d'acceptation envers les émotions négatives, vous ne leur accordez pas autant d'attention », explique la chercheuse. « Et peut-être que si vous jugez constamment vos émotions, la négativité peut s'accumuler ».

Dans une première étude, menée avec 1003 personnes, l'acceptation habituelle était mesurée avec la sous-échelle de non-jugement du Questionnaire Cinq facettes de la pleine conscience (faites le test) qui inclut des items tels que « Je me dis que je ne devrais pas ressentir ce que je ressens ».

Elle était liée à la santé psychologique telle que représentée par :

« Il est plus facile d'avoir une attitude d'acceptation si vous menez une vie choyée », c'est pourquoi l'analyse des résultats a tenu compte du statut socioéconomique et des stresseurs majeurs qui auraient pu biaiser les résultats, explique la chercheuse.

Dans une 2e étude de laboratoire menée avec 156 participants, l'acceptation habituelle prédisait des réponses émotionnelles négatives moins fortes à une expérience de stress (parler devant un public avec peu de préparation).

Enfin, dans une 3e étude, menée avec 222 participants, l'acceptation prédisait moins d'émotions négatives en réponse aux stresseurs quotidiens, lesquelles rendaient compte du lien entre l'acceptation et la santé psychologique 6 mois plus tard.

« Les gens qui acceptent leurs émotions négatives sans juger ou essayer de les changer sont en mesure de faire face à leur stress plus efficacement », souligne Brett Ford, professeur adjoint de psychologie à l'Université de Toronto et coauteur.

Ce lien entre l'acceptation et la santé psychologique était spécifique à l'acceptation des émotions et non pas des situations, précisent les chercheurs.

L'acceptation des expériences mentales a notamment été décrite comme faisant partie des processus de flexibilité psychologique : 6 processus favorisant la flexibilité psychologique ciblés par la thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT).

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

10 distorsions cognitives qui entretiennent des émotions négatives

(1) Brett Q. Ford, Phoebe Lam et Oliver P. John.

Psychomédia avec sources : JPSP, UC Berkeley News, Berkeley
Tous droits réservés.