Le syndrome de l'imposteur pourrait expliquer en grande partie le lien entre perfectionnisme et détresse psychologique, selon une étude publiée dans la revue Personality and Individual Differences.

Le perfectionnisme, un trait de personnalité qui pousse à viser la perfection, peut se manifester sous une forme adaptative ou inadaptée.

« Le perfectionnisme adaptatif est le désir de répondre à des normes élevées qui peuvent être atteintes avec certains efforts. Le perfectionnisme mal adapté est la tendance à s'imposer des exigences excessives et inatteignables, ce qui mène à l'anxiété et au stress. »

Marina S.Sheveleva et Tatiana M.Permyakova de la National Research University Higher School of Economics (Russie), en collaboration avec le chercheur américain Kenneth T.Wang, ont cherché à déterminer si le syndrome de l'imposteur pouvait jouer un rôle dans la relation entre le perfectionnisme et le bien-être psychologique.

Ils ont interrogé 169 étudiants universitaires (50 hommes et 119 femmes) âgés de 18 à 23 ans. Des questionnaires évaluaient le sentiment d'incompétence (ou syndrome de l'imposteur), le perfectionnisme, l'anxiété, la dépression et le stress.

Le syndrome de l'imposteur est un sentiment d'incompétence malgré des preuves de compétence. Une personne croit qu'elle ne mérite pas son succès ou son statut et elle craint que cette incompétence perçue soit exposée au grand jour. « Tout comme le perfectionnisme inadapté, le syndrome de l'imposteur peut augmenter l'anxiété, l'humeur dépressive et d'autres troubles psychologiques », soulignent les chercheurs.

L'analyse a confirmé l'hypothèse selon laquelle le syndrome de l'imposteur est un médiateur entre le perfectionnisme et l'anxiété. « Une personne qui souffre d'un perfectionnisme inadapté se concentre sur ce qu'elle n'a pas accompli et craint d'être exposée. Ces sentiments mènent au développement du syndrome de l'imposteur. Ce dernier, à son tour, cause une détresse psychologique, qu'il s'agisse d'anxiété, de stress ou de dépression. Le perfectionnisme adaptatif, par contre, ne mène pas au syndrome de l'imposteur et à ses conséquences psychologiques. »

Les chercheurs formulent des recommandations pour les personnes souffrant du syndrome de l'imposteur :

  1. Déterminer si elles sont effectivement compétentes et que toutes leurs réalisations sont méritées.

  2. Déterminer s'il est bénéfique de se considérer comme inadéquat. Il est possible qu'il s'agisse d'une manifestation d'autodéfense si une personne ne veut pas prendre plus de responsabilités.

  3. Ne pas succomber à l'aspect comportemental du syndrome de l'imposteur, qui se manifeste par la procrastination. Les chercheurs recommandent de ne pas remettre les choses à plus tard, mais plutôt de maintenir une attitude proactive.

La dernière recommandation concerne les facteurs externes. Une personne souffrant du syndrome de l'imposteur peut être aidée par un environnement de soutien, ce qui lui permet de sentir que ses réalisations ne sont pas accidentelles.

Pour plus d'informations sur le perfectionnisme, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : National Research University Higher School of Economics, Personality and Individual Differences.
Tous droits réservés