Les personnes aux prises avec le syndrome de l'imposteur et le perfectionnisme au travail subissent des conséquences négatives importantes selon une étude présentée par la Society for Industrial and Organizational Psychology.

Ces personnes ont de la difficulté à reconnaître et à croire en leur propre réussite et ont tendance à surcompenser.

Vivre avec ce syndrome peut être épuisant et les personnes qui en souffrent ont souvent tendance à être stressées et leurs sentiments d'incompétence peuvent épuiser leurs ressources émotionnelle, soulignent les auteurs.

Lisa Sublett, chercheure en psychologie organisationnelle à l'Université de Houston-Clear Lake, et ses collègues (1) ont mené cette étude afin de déterminer si le syndrome est lié au conflit entre le travail et la famille et comment cela affecte la satisfaction au travail.

Elles ont interrogé 463 employés qui travaillaient au moins 20 heures par semaine et occupaient le même emploi depuis au moins 6 mois.

Ceux qui souffraient du syndrome étaient plus susceptibles de ressentir des conflits entre leur travail et leurs rôles familiaux parce qu'ils étaient épuisés sur le plan émotif et ils avaient tendance à être moins satisfaits de leur vie familiale à cause de cela.

Ils ne semblaient toutefois pas moins satisfaits de leur travail en raison de ces conflits, bien que l'épuisement émotionnel contribuait effectivement à une moins grande satisfaction au travail.

« Le point le plus important de notre étude est de montrer que les employés qui ont constamment l'impression d'être des imposteurs subissent non seulement des effets néfastes au travail, mais aussi à la maison », souligne la chercheure. « Ces employés accomplis sont épuisés sur le plan émotif et ont de la difficulté à maintenir les exigences familiales et professionnelles. »

« Ils courent un plus grand risque d'éprouver des niveaux élevés d'épuisement professionnel, d'insatisfaction au travail et de conflit travail-famille. »

Les indicateurs d'un syndrome de l'imposteur incluent des tendances perfectionnistes mal adaptées comme la surpréparation et la surestimation des erreurs. Les employés atteints peuvent utiliser des expressions comme « j'ai eu de la chance », « j'étais au bon endroit au bon moment » et « si je peux le faire, tout le monde le peut » pour décrire leur travail plutôt que de reconnaître leurs propres réalisations.

« L'une des coauteurs, Holly Hutchins, a mis au point un atelier axé sur les compétences qui aide les participants à reconnaître et à interrompre les cognitions déformées qui alimentent les pensées d'imposture ». « Les résultats préliminaires sont prometteurs pour réduire ces cognitions et améliorer l'auto-évaluation de base. »

« Mes coauteures et moi étions toutes attirées par l'étude du syndrome de l'imposteur parce que c'est quelque chose que nous avons vécu personnellement à différents moments de notre carrière », explique Sublett. « Se sentir constamment comme un imposteur, ruminer sur les erreurs et être perfectionniste au travail est très difficile et épuisant. »

Les chercheures prévoient mener d'autres recherches sur le syndrome à toutes les étapes d'une carrière ainsi que sur l'efficacité de différents types de stratégies d'intervention.

Pour plus d'informations sur le perfectionnisme et le burnout (épuisement professionnel), voyez les liens plus bas.

(1) Lisa Penney et Holly Hutchins.

Psychomédia avec source : Society for Industrial and Organizational Psychology (SIOP).
Tous droits réservés