Dans la 11e révision de la Classification internationale des maladies, la CIM-11, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis à jour la définition du burn-out, ou épuisement professionnel.

La CIM-11 a été adoptée lors de l'Assemblée mondiale de l'OMS le 25 mai 2019.

Le burn-out (code QD85) est classé dans la section des « problèmes associés à l'emploi ou au chômage » plutôt que dans le chapitre 6 portant sur les troubles mentaux, comportementaux et neurodéveloppementaux tels que les troubles de l'humeur ou d’anxiété. Il est ainsi considéré comme un « phénomène » plutôt qu'un trouble médical en soi.

Il est défini comme étant « un syndrome (...) résultant d'un stress chronique au travail qui n'a pas été géré avec succès ». Il est caractérisé par trois dimensions :

  1. un sentiment de manque d'énergie ou d'épuisement ;
  2. une distance mentale accrue par rapport au travail, ou sentiments de négativisme ou de cynisme liés au travail ;
  3. une efficacité professionnelle réduite.

Le burn-out « fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d'autres domaines de la vie ».

Avant de poser ce diagnostic, les troubles suivants doivent être exclus :

  1. le trouble de l'adaptation ;
  2. les troubles spécifiquement associés au stress (ex. le stress post-traumatique) ;
  3. les troubles anxieux ou liés à la peur  ;
  4. les troubles de l'humeur (dépression, trouble bipolaire...).

La CIM-11 entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

Pour plus d'informations sur le burn-out et sur la CIM-11, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : CNN, CIM-11.
Tous droits réservés