Les listes de choses à faire peuvent constituer un excellent moyen de réduire le stress et l'anxiété.

Sur le site du média américain CNN, le journaliste Laurent Kent rapporte les conseils de psychologues sur les façons de les utiliser optimalement.

E.J. Masicampo, professeur de psychologie à l'université Wake Forest (États-Unis), conseille de concevoir la liste de choses à faire pour la journée comme un ensemble de mini-objectifs qui sont les étapes d'un plan.

La charge mentale

Des recherches en psychologie ont montré qu'un objectif inachevé interfère avec les autres tâches que l'on essaie d'accomplir, rapporte le journaliste. Mais le simple fait d'établir un plan pour réaliser cet objectif, par exemple en détaillant les étapes dans une liste, peut aider à mettre cet objectif de côté mentalement pour se concentrer sur d'autres choses.

« Les objectifs sont presque des agents autonomes qui vivent en vous et occupent de l'espace dans votre esprit », commente E.J. Masicampo. « Lorsqu'un objectif est inachevé, il peut représenter un poids en termes d'anxiété ou d'inquiétude et il colore votre vision du monde, car il tire en quelque sorte sur la manche de votre attention consciente. Il peut être omniprésent, que vous en soyez conscient ou non. »

Dans une étude publiée en 2011 dans le Journal of Personality and Social Psychology par Masicampo et Roy Baumeister, des participants ayant des objectifs à court terme inachevés ont obtenu de mauvais résultats dans des tâches subséquentes de lecture et de compréhension. Mais lorsqu'ils étaient autorisés à formuler des plans pour la réalisation de ces objectifs avant de passer à la tâche suivante, ces effets négatifs étaient éliminés.

« Nous avons constaté qu'il n'est pas nécessaire d'atteindre l'objectif pour s'en décharger mentalement - il suffit de faire un plan spécifique pour l'atteindre afin qu'il cesse d'occuper cet espace mental ».

« Les listes de choses à faire ont souvent tendance à être des cimetières mentaux, mais cela dit, je pense qu'elles apportent un certain soulagement », commente Masicampo, ajoutant que les sous-objectifs sont importants. « Quelque chose qui reste trop longtemps dans une liste est probablement simplement énoncé en termes trop grands. »

Il peut être logique que le plan initial soit simplement de faire un plan à une date ultérieure.

Le blocage au milieu de la réalisation d'un objectif

Pour être efficaces, les mini-objectifs d'une liste doivent viser des délais courts. Ceci, parce que les gens ont tendance à abandonner au milieu de la réalisation. « C'est là que nous perdons notre motivation », met en garde Ayelet Fishbach, professeure de sciences du comportement et de marketing à l'université de Chicago.

La solution est de faire en sorte que les « milieux » soient brefs. Par exemple, planifier un objectif pour une semaine plutôt que pour un mois est plus efficace. « Nous nous relâchons au milieu et de longs projets invitent un long milieu. »

La flexibilité

L'utilisation des listes doit être flexible. Si les projets changent ou sont interrompus par une avalanche d'appels Zoom, il est important de s'adapter.

« Si nous nous évaluons à l'aune du respect de notre plan, ce n'est pas bon pour la motivation ».

L'aggravation de l'anxiété

Malgré toute la structure et la réduction du stress que peuvent apporter les listes de choses à faire, elles peuvent parfois aggraver l'anxiété. Lorsque des tâches s'éternisent sur une liste pendant des semaines ou des mois, ce n'est pas bon pour la santé mentale et la motivation, souligne Jordan Etkin, professeur de marketing à l'université Duke de Durham (États-Unis).

Vous voulez accomplir des tâches supplémentaires liées au travail et préparer le dîner pour votre famille ce soir ? Voilà ce qui risque de constituer un conflit d'objectifs. « Plus les gens mettent de choses sur leur liste, plus ils sont susceptibles de créer des conflits d'objectifs et d'en subir des effets négatifs », souligne-t-il.

Des objectifs contradictoires peuvent créer du stress et même ce sentiment accablant qu'il n'y a pas assez d'heures dans la journée, selon une étude qu'il a publiée en 2015 dans le Journal of Marketing Research.

Il est important de différencier les tâches que l'on veut absolument faire durant la journée de celles que l'on souhaite faire « peut-être un jour », souligne Etkin. Les tâches doivent être clairement classées en fonction de leur priorité.

« Les listes peuvent être très utiles pour gérer son temps et ses ressources cognitives. Je pense que les défis apparaissent lorsque les gens traitent les listes de choses à faire comme des listes de souhaits, plutôt que ce qu'ils veulent vraiment faire dans la journée. »

Les loisirs et la relaxation

Avoir une liste de choses à faire productive ne devrait pas donner l'impression de ne pas pouvoir prendre de pause si l'on n’a pas encore rayé tous les items, souligne également Etkin.

« Il est important d'avoir des moments protégés dans sa vie où l'on ne poursuit aucun but. »

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : CNN.
Tous droits réservés