Effets protecteurs du régime méditerranéen (crétois) et des oméga 3 pour la mémoire

Deux nouvelles études, publiées dans les Archives de Neurology d'octobre et de décembre poursuivent l'exploration des effets protecteurs pour le bon fonctionnement du cerveau du régime méditerranéen (ou crétois) et des oméga 3.

Régime méditerranéen

Cette étude fait suite à une première dont nous avions rendu compte:
- Le régime méditerranéen réduit le risque d'Alzheimer

Dans cette deuxième étude, les chercheurs ont confirmé plus systématiquement les premiers résultats selon lesquels les personnes qui mangent beaucoup de fruits, de légumes, de poisson, de légumineuses, de noix et d'huile d'olive, qui mangent peu d'oeufs, de poulet et de produits laitiers, et exceptionnellement de la viande rouge, ont moins de risques de développer la maladie d'Alzheimer.

La recherche impliquait 2000 personnes âgées en moyenne de 76 ans. Le comportement alimentaire était analysé pendant 12 mois et la correspondance avec le régime méditerranéen était codée sur une échelle de 1 à 10. Plus l'alimentation était proche du régime méditerranéen, plus le risque d’Alzheimer était réduit. Pour chaque point de 1 à 10, le risque était réduit de 19 à 24%.

Les chercheurs considèrent que leurs résultats sont tout à fait compatibles avec l'hypothèse qu’il existe des mécanismes communs entre les pathologies cardio-vasculaires et les maladies neurologiques dégénératives.

Voyez à ce sujet:

- Alzheimer : mêmes facteurs de risques que les maladies cardiaques
- L'obésité en milieu de vie augmente considérablement les risques d'Alzheimer

Suppléments d'oméga 3

La deuxième recherche publiée par les Archives de Neurology montre qu'une supplémentation en omega-3 peut ralentir le déclin des fonctions cognitives chez les gens souffrant de symptômes très légers de la maladie d'Alzheimer. Cet effet n'est toutefois pas observable lorsque la maladie est plus avancée.

Pendant six mois, 89 personnes recevaient 1,7 g d’acide docosahexaénoïque (DHA) et 0,6 g d’acide eicosapentaénoïque (EPA) alors qu'un groupe équivalent recevait un placebo. LE DHA et le EPA sont des types oméga 3 qui se retrouvent dans les graisses des poissons.

Les chercheurs croient que ces résultats, alors que la maladie n'est pas avancée, pourraient être attribuables à l'action anti-inflammatoire des oméga 3. Chez les personnes les plus atteintes, dont les lésions neurologiques sont installées, l’effet anti-inflammatoire pourrait ne pas être suffisant pour permettre un ralentissement de la maladie.

Ces résultats doivent être confirmés par des recherches à plus grande échelle avant que des suppléments d'oméga 3 soient recommandés pour la maladie d'Alzheimer précisent les chercheurs.

Source: Archives of Neurology, October and December 2006.

Voyez également:

- Les jus réduiraient de 3/4 le risque d'Alzheimer
- Dans quels aliments se retrouvent les oméga-3?
- Dossier: Alimentation et santé mentale

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Santé et bien-être