L'Afssaps a publié, le 15 décembre, une mise au point sur l'arrêt et le sevrage du clonazépam (Rivotril), un médicament de la classe des benzodiazépines, à l'intention des médecins.

L’Afssaps a récemment modifié les conditions de prescription et de délivrance du clonazépam (Rivotril), qui n'est indiqué que dans le traitement de l’épilepsie, afin de limiter sa prescription hors autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement des troubles anxieux, de l'insomnie et de la douleur pour lesquels il n'est pas montré que des bénéfices compenseraient les risques d'effets négatifs.

Ces risques sont la pharmacodépendance psychique et physique, l'altération de certaines fonctions cognitives (vigilance, mémoire, concentration) et le risque de chute (particulièrement chez la personne âgée), indique l'Afssaps.

Deux nouvelles mesures restreignent la prescription:

  • l'utilisation d'ordonnances dites « sécurisées » depuis le 7 septembre 2011;
  • la restriction de la prescription initiale aux neurologues ou aux pédiatres qui devront la renouveler chaque année. Initialement prévue le 2 janvier 2012, la mise en application de cette mesure est reportée au 15 mars 2012 afin de laisser plus de temps pour réaliser le sevrage du médicament qui peut prendre plusieurs mois.
Lire sur le site de l'AFssaps: Clonazépam (Rivotril) utilisé hors AMM (notamment dans la douleur, les troubles anxieux et du sommeil) : Pourquoi et comment arrêter ?

Psychomédia Tous droits réservés.