Le sentiment de solitude perturbe l'activité génétique du système immunitaire

Une recherche récente montre qu'un sentiment de solitude chronique est lié à des modifications de l'activité de gènes dans les cellules immunitaires, rendant ainsi plus à risque d'inflammation (qui est la première réponse du système immunitaire).

Cette étude, publiée dans la revue Genome Biology, permet de comprendre, au niveau moléculaire, comment le sentiment de solitude
est lié à un risque accru de maladies cardiaques, d'infections virales et de cancer.

Ayant d'abord établi que les gens souffrant d'un sentiment de solitude ont un risque de mortalité plus élevé, Steve Cole de l'Université de Californie à Los Angeles et ses collègues essaient d'établir si ce risque est le résultat de ressources sociales limitées, telles que l'assistance physique et économique, ou de l'impact biologique de l'isolement sur les fonctions de l'organisme.

Ils ont étudié l'activité de tous les gènes connus des globules blancs chez 14 personnes. Chez six d'entre elles, les résultats à un test indiquaient un grand sentiment de solitude. Les autres ressentaient très peu de solitude.

Selon les analyses, 209 "transcriptions" de gènes (qui est la première étape dans la fabrication d'une protéine) étaient différentes entre les deux groupes: 78 étaient sur-exprimés et 131 sous-exprimés.

Plusieurs gènes qui étaient sur-exprimés chez les personnes souffrant d'isolement sont impliqués dans l'activation du système immunitaire et l'inflammation.

Plusieurs autres qui étaient sous-exprimés sont impliqués dans la protection antivirale et la production d'anticorps.

"Nous avons trouvé que les changements de l'expression génétique dans les cellules immunitaires étaient spécifiquement liés à l'expérience subjective d'isolement", dit Cole. "Les différences observées étaient indépendantes de la grandeur objective du réseau social. Ce qui compte n'est pas le nombre de personnes connues, mais le sentiment de proximité à travers le temps."

Les différences observées étaient aussi indépendantes d'autres facteurs de risque tels que l'état de santé, l'âge, le poids et la consommation de médicaments."

Source: Science Daily

Voyez également:

Le sentiment de solitude augmente le risque d'hypertension
Sommeil et liens sociaux protègeraient de l'inflammation (reliée au stress)
En dépression, plus d'inflammation en réponse au stress
Les aînés qui vivent de la solitude ont un risque augmenté d'Alzheimer

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Santé et bien-être.