Cholestérol, non seulement l'alimentation et le foie, mais aussi le cerveau

Une étude, publiée dans la revue Nature Neuroscience, montre que les niveaux de cholestérol dans le sang ne sont pas uniquement contrôlés par l'alimentation et le foie mais aussi par le cerveau. L'hormone ghréline, une hormone basée dans les intestins qui signale la faim au cerveau, pourrait aussi contribuer à réguler les niveaux de cholestérol.

Alors que le mauvais cholestérol (LDL, pour low-density lipoprotéine) peut entraîner une obstruction des artères et les maladies cardiovasculaires, le bon cholestérol (HDL, pour high-density lipoprotéine) est considéré comme pouvant prévenir l'accumulation de plaques dans les artères en facilitant le transport des lipides dans le sang.
Les niveaux de cholestérol ont longtemps été considérés comme dépendant essentiellement du régime alimentaire et du fonctionnement du foie. La nouvelle étude avec des souris montre que les changements de la ghréline et d'un récepteur inhibiteur de la grhéline dans l'hypothalamus (région du cerveau) influencent la quantité de cholestérol HDL qui se rend au foie pour être traité et la quantité qui demeure dans le sang.

"Notre étude montre pour la première fois que le cholestérol est aussi sous le contrôle à distance de circuits neuronaux spécifiques dans le système nerveux central", dit Matthias Tschöp de l'Université Cincinnati, coauteur.

Plus spécifiquement, en augmentant les niveaux de ghréline chez les souris, une augmentation du cholestérol HDL dans le sang était constaté, indépendamment de l'alimentation et du poids. Les mêmes résultats étaient obtenus en bloquant le récepteur MC4R de l'hypothalamus.

"Nous avons été stupéfaits de voir qu'en désactivant le récepteur MC4R dans le cerveau, du cholestérol injecté pouvait même rester dans le sang plus longtemps", dit Tschöp.

Augmenter les niveaux de cholestérol HDL pourrait être une bonne façon de combattre des niveaux élevés, dommageables, de cholestérol LDL, considèrent les chercheurs.

Bien que de nouvelles recherches seront nécessaires pour vérifier si le même circuit est actif chez les humains, ces résultats peuvent ouvrir la voie à des médicaments pour traiter les niveaux élevés de cholestérol LDL ou le syndrome métabolique en ciblant cette hormone ou le récepteur cérébral, ajoutent-ils.

Rappelons que les niveaux de cholestérol peuvent être améliorés en réduisant la consommation de gras saturés.

Voyez également:

Les noix améliorent le cholestérol
Le sucre mauvais pour le cholestérol
Cholestérol: prescription de changements dans l'alimentation ou de médicaments?
Brusque augmentation du cholestérol à la mémopause

Psychomédia avec source:
Scientific American
Tous droits réservés