Diagnostics médicaux: des seuils souvent trop bas qui peuvent entraîner des traitements pires que la condition traitée

Les seuils pour différents diagnostics de santé sont descendus trop bas, écrit dans le Los Angeles Times, Gilbert Welch, professeur de médecine au Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice et auteur du livre "Overdiagnosed: Making People Sick in the Pursuit of Health" (Surdiagnostiqué: Rendre les gens malades par la poursuite de la santé). Les médecins font maintenant des diagnostics chez des personnes qui n'auraient pas été considérées comme des malades dans le passé.

Une partie de l'explication, expose-t-il, est d'ordre technologique: les tests de diagnostics peuvent détecter des anomalies biochimiques et anatomiques qui étaient indétectables dans le passé. Mais une partie relève du comportement: "Nous testons plus souvent, nous sommes plus susceptibles de tester des gens qui n'ont pas de symptômes, et nous avons changé les règles concernant le degré d'anomalie qui constitue une maladie (un taux de glycémie de 130 à jeun n'était pas considéré comme un diabète avant 1997)".

Les seuils de diagnostic fixés trop bas mènent à un problème plus important, celui des seuils de traitement trop bas. "C'est une raison importante pour laquelle des millions de personnes sont traitées pour l'hypertension artérielle, le diabète, l'ostéoporose, le glaucome, la dépression, les maladies cardiaques et même le cancer."

Pour avoir une chance de maîtriser les coûts des soins de santé, les médecins devront relever leurs seuils de diagnostics et de traitements, dit-il. L'avantage ne serait pas seulement économique, considère-t-il. "Moins de diagnostics et de traitements retournerait des millions d'Américains à une vie normale et en santé."

Considérons le patient marginal, celui qui est devenu un patient en raison d'un bas seuil, explique-t-il. Par exemple, une femme qui s'est fait dire qu'elle a une ostéopénie, une perte de densité osseuse pouvant mener à l'ostéoporose. Il s'agit d'une condition qui n'aurait pas été notée par le passé, mais qui est maintenant identifiée par des tests. Ou par exemple, un homme qui reçoit un diagnostic de cancer de la prostate d'un type qui n'aurait pas été détecté avant l'avènement du test PSA et le changement des règles sur ce qui constitue un test anormal et requiert une biopsie.

La femme peut avoir une densité osseuse qui est, en fait, moyenne pour son âge. Peut-être plus surprenant, l'homme peut aussi avoir une résultat cellulaire qui est dans la moyenne ou typique pour son âge.

Les deux, dit-il, sont à risque extrêmement faible de vivre leur «maladie» au cours de leur vie. Par conséquent, le potentiel du traitement d'être utile est faible, beaucoup plus faible que pour les patients diagnostiqués et traités selon un seuil plus élevé.

Ces patients marginaux sont à très haut risque de ne pas bénéficier d'un traitement. Pourtant, ils courent le même risque de préjudice. Un traitement courant de l'ostéopénie peut provoquer des ulcères de l'œsophage et une utilisation à long terme peut même rendre les os plus fragiles. Le traitement commun du cancer de la prostate entraîne l'impuissance chez beaucoup d'hommes et / ou le développement de problèmes des intestins et de la vessie.

En bref, dit-il, "de bas seuils conduisent à des traitements qui sont pires que la maladie".

Comment est-on arrivé là? "Que vous soyez une société pharmaceutique, un hôpital ou tout autre acteur dans le système, la meilleure façon de gagner plus d'argent est d'encourager des seuils plus bas et que plus de personnes deviennent des patients". La peur des poursuites est un autre facteur. Les médecins peuvent être poursuivis pour avoir manqué un diagnostic et ne pas avoir traité mais il y a peu de pénalités pour le sur-diagnostic et le sur-traitement.

Enfin, il y a la culture médicale, dit-il. "Nous sommes formés pour se concentrer sur les quelques-uns que nous pourrions être en mesure d'aider, même si c'est seulement 1 sur 100 (ex. le bénéfice de la réduction du cholestérol dans le cas de taux normal de cholestérol, mais de taux élevé de protéine C-réactive) ou de 1 sur 1000 (le bénéfice du dépistage du cancer du sein et de la prostate). Nous croyons que c'est ce que nos patients - et le public - souhaitent. Mais il est temps de commencer à se soucier de ce qui se passe pour les 999 autres."

Voyez également:

Psychomédia avec source: Los Angeles Times. Tous droits réservés.