Les antidépresseurs entraîneraient une dépendance et un sevrage à l'arrêt

Les réactions de sevrage liées aux antidépresseurs les plus couramment prescrits semblent similaires à celles causées par les anxiolytiques, selon une étude publiée dans la revue Addiction qui visait à explorer le rationnel soutenant l'affirmation selon laquelle les médicaments anxiolytiques de la classe des benzodiazépines causeraient une dépendance alors que les antidépresseurs de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine (ISRS) n'en causeraient pas.

La classe des ISRS est la plus couramment prescrite. Elle inclut, par ex., Prozac, Celexa (ou Citalopram), Deroxat (Paxil ou Paroxétine), Seroplex, Zoloft et d'autres.

M. Nielsen et ses collègues de l'Université de Copenhague et du Nordic Cochrane Centre ont analysé les définitions données aux réactions de dépendance et de sevrage au cours du temps dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) et la Classification Internationale des Maladies (CIM) et ont analysé les publications scientifiques afin de comparer les symptômes de sevrage liés aux deux groupes de médicaments.

La définition de la dépendance à une substance a changé au fil du temps dans le DSM et le CIM. Dans les classifications les plus récentes, plusieurs critères, incluant notamment des manifestations comportementales, physiologiques et cognitives, doivent être rencontrés. Ce changement, indiquent les chercheurs, est survenu lors de la révision du DSM-III en 1987 (DSM-IIIR) après la reconnaissance de la dépendance aux benzodiazépines, juste avant que les ISRS soient commercialisés en 1987-1988.

Par ailleurs, dans les études analysées, les symptômes lors de l'arrêt des médicaments étaient décrits en termes similaires pour les benzodiazépines et les antidépresseurs ISRS et étaient très similaires pour 37 des 42 symptômes identifiés décrits comme étant des réactions de sevrage.

Référer à ces réactions comme faisant partie d'un syndrome de dépendance dans le cas des benzodiazépines mais pas dans celui des antidépresseurs ISRS ne semble pas rationnel, conclut les chercheurs.

Voyez également:

Psychomédia avec source: US National Library of Medicine National Institutes of Health. Tous droits réservés.