Environ 42 % des personnes qui consomment de l'alcool prennent aussi un ou des médicaments prescrits qui interagissent négativement, selon une étude américaine publiée dans la revue Alcoholism: Clinical & Experimental Research.

Rosalind A. Breslow du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism ont analysé les données d'une étude nationale dans laquelle les participants avaient rapporté leur consommation d'alcool au cours de la dernière année et leur utilisation de médicaments prescrits au cours du dernier mois.

42 % des adultes qui consommaient régulièrement de l'alcool prenaient un ou des médicaments sur ordonnance dont l'interaction peut être nocive. Chez les personnes de plus de 65 ans, cette proportion était de 78 %.

L'étude n'indique pas la prévalence exacte mais potentielle de l'utilisation concomitante d'alcool et de ces médicaments, précise la chercheuse. Mais si une personne boit régulièrement et prend des médicaments régulièrement, la probabilité de prendre les deux dans le même laps de temps est assez élevée.

Les principales classes utilisées de médicaments interagissant avec l'alcool étaient :

  • des agents cardiovasculaires tels que les médicaments contre l'hypertension ;

  • des agents du système nerveux central tels que les benzodiazépines (ex. Xanax et autres anxiolytiques et somnifères), les analgésiques et les relaxants musculaires ;

  • des agents métaboliques tels que les médicaments contre le diabète et le cholestérol ;

  • des agents psychothérapeutiques tels que les antidépresseurs et les antipsychotiques.

L'interaction entre médicaments et alcool peut causer de nombreux préjudices tels que nausées, maux de tête, perte de coordination, hémorragie interne, problèmes cardiaques et difficultés à respirer.

« L'alcool peut augmenter la pression artérielle, ce qui pourrait être contre-productif si l'on prend des médicaments pour contrôler la pression artérielle », expliquent les chercheurs. « Mélanger des médicaments diurétiques avec de l'alcool, qui est également diurétique, peut contribuer à la déshydratation. Mélanger l'alcool et d'autres sédatifs, comme les somnifères ou les analgésiques narcotiques peut causer de la somnolence, des problèmes de coordination, et potentiellement supprimer l'activité de zones du cerveau chargées de contrôler les réflexes vitaux comme la respiration, le rythme cardiaque, et le dégagement des voies respiratoires. L'alcool augmente les niveaux d'insuline et diminue la glycémie, de telle sorte que combiner l'alcool avec des médicaments antidiabétiques qui régulent les niveaux de glucose peut provoquer une baisse indésirable de sucre dans le sang. Et, avec le temps, l'alcool peut contribuer à insensibilité à l'insuline. »

Les personnes âgées sont particulièrement à risque. Ayant plus de maladies chroniques, elles prennent plus de médicaments dont plusieurs peuvent interagir négativement avec l'alcool. En prenant de l'âge, la capacité de métaboliser l'alcool décroit de telle sorte qu'il demeure dans le système plus longtemps pour interagir avec des médicaments. De plus, le métabolisme de plusieurs médicaments ralentit en vieillissant, ce qui crée une plus large fenêtre pour des interactions. Par exemple, le diazépam (Valium) reste dans le corps 3 fois plus longtemps chez une personne de 60 ans qu'une personne de 20 ans.

Psychomédia avec sources : Alcoholism: Clinical & Experimental Research (Press release, abstract)
Tous droits réservés