Une alimentation qui contient beaucoup de fruits, légumes et noix et peu de viande, aliments industriels et sucre pourrait aider à prévenir la dépression, selon une étude publiée dans la revue BMC Medicine.

Almudena Sanchez-Villegas de l'Université de Las Palmas de Gran Canaria et ses collègues ont analysé des données concernant l'alimentation et la santé mentale de 15.093 personnes.

Ils ont comparé trois types d'alimentation :

  • le régime méditerranéen,
  • une alimentation strictement végétarienne (dite provégétarienne),
  • l'Alternative Healthy Eating Index-2010, riche en aliments associés à la prévention de maladies chroniques.

Huit ans et demi après le début de l'étude, 1.550 participants ont reçu un diagnostic de dépression ou pris des antidépresseurs.

L'adhésion à ces trois modèles d'alimentation était liée à un risque réduit de dépression. L'Alternative Healthy Eating Index-2010 était associé à la plus grande réduction de risque, ce qui pourrait s'expliquer en grande partie par la similarité avec le régime méditerranéen : oméga-3, légumes, fruits, légumineuses, noix et consommation modérée d'alcool.

Un « effet de seuil » était constaté. Le risque de dépression était réduit avec une adhérence moyenne à ces régimes comparativement à une faible adhérence, mais il n'y avait pas de bénéfice supplémentaire entre une adhésion modérée et élevée. Ce qui suggère, concluent les auteurs, que la dépression pourrait être favorisée par certains déficits en nutriments. Les recherches doivent se poursuivre pour identifier ces déficits.

Psychomédia avec sources : BioMed Central, BMC Medicine.
Tous droits réservés