Le syndrome de fatigue chronique (SFC) est caractérisé par une intolérance à l'exercice ainsi que, chez certaines personnes, la fibromyalgie et le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP ; en anglais : postural orthostatic tachycardia syndrome, POTS).

David Systrom, pneumologue et chercheur clinicien au Brigham and Women's Hospital (Boston) affilié à l'Université Harvard, a élaboré une hypothèse pour expliquer cette intolérance, rapporte le blogueur spécialisé Cort Johnson (en anglais).

Le chercheur a développé des tests qu'il a fait passer à plus de 1500 personnes souffrant d'intolérance à l'exercice dont près de la moitié était atteinte du SFC, de fibromyalgie ou du STOP.

Son test invasif d'exercice cardiopulmonaire (« Invasive Cardiopulmonary Exercise Testing, iCPET) implique l'insertion de cathéters dans l'artère pulmonaire et les artères radiales qui mesurent le débit sanguin, la teneur en oxygène et d'autres facteurs, ce qui permet de déterminer si des problèmes avec l'oxygène surviennent dans les poumons ou les muscles et de déterminer la quantité d'oxygène utilisée par les muscles.

Deux « patterns » principaux ont été observés : une dysautonomie et une réduction de l'utilisation de l'oxygène par les muscles squelettiques.

  1. Dysautonomie, neuropathie des petites fibres et auto-immunité

    Le problème principal est une constriction inadéquate des veines : les nerfs du système nerveux autonome ne contractent pas les veines suffisamment pour propulser des quantités suffisantes de sang (et d'oxygène) au cœur pour l'exercice ou d'autres activités. Des dommages aux nerfs dans les artères peuvent également être présents.

    Le chercheur croit, rapporte Cort Johnson, qu'un processus auto-immun endommageant les nerfs autonomes est probablement présent chez les patients atteints du SFC, de fibromyalgie et du STOP. La neuropathie des petites fibres qui a été constatée dans la peau des personnes atteintes de fibromyalgie serait aussi présente ailleurs et elle toucherait les nerfs autonomes qui entourent et régulent l'activité des veines et probablement les artères. Le chercheur travaille actuellement avec Anne Oaklander du Massachusetts General Hospital de Boston et de l'Université Harvard qui a montré une neuropathie des petites fibres et des dysfonctions du système nerveux autonome chez des personnes atteintes de fibromyalgie afin de poursuivre l'étude de cette hypothèse.

    Chez les personnes que Systrom a évaluées pour une intolérance à l'exercice, les biopsies de la peau montrent une perte de fibres nerveuses autonomes chez environ 70 % des celles atteintes du SFC, de fibromyalgie et du STOP.

    Lorsque les biopsies de la peau se révèlent négatives, Systrom évalue l'existence d'une ganglionpathie (dommages aux ganglions nerveux) qui peut affecter le flux sanguin et être survenue suite à une infection présente ou passée.

  2. Réduction de l'utilisation de l'oxygène par les muscles squelettiques

    Dans le cas de la réduction de l'utilisation de l'oxygène par les muscles squelettiques, les mitochondries, qui produisent l'énergie dans les cellules musculaires n'obtiennent pas autant d'oxygène qu'elles le devraient.

    Systrom mesure les niveaux d'oxygène dans le sang avant et après leur utilisation par les muscles. Il constate que les niveaux d'oxygène dans les veines sont trop élevés chez les personnes ayant un SFC, ce qui signifie qu'il n'y a pas suffisamment d'oxygène dans leurs muscles lorsqu'elles font de l'exercice. L'oxygène qui est le sang des artères n'est pas utilisé par les muscles.

    Il constate une faible utilisation d'oxygène chez environ 80 % de ses patients atteints de ces trois maladies.

    Plusieurs études récentes ont suggéré une dysfonction des mitochondries chez les personnes atteintes du SFC :

La présence, notamment, d'anticorps au neurotransmetteur acétylcholine utilisé par le système nerveux autonome, trouvés dans les tests des patients, supporte l'hypothèse qu'un processus immunitaire est en cause.

Traitement

Un médicament ancien et peu utilisé, le Mestinon (bromure de pyridostigmine) aurait donné de bons résultats chez plusieurs patients de Systrom au cours des trois dernières années. En favorisant un meilleur influx nerveux, le médicament augmenterait le flux et volume sanguin (et l'oxygène) vers les mitochondries des muscles.

Plus de détails sur Health Rising: Exercise Tests Suggest Autoimmunity Causes the Exertion Problems in Chronic Fatigue Syndrome, Fibromyalgia and POTS (en anglais)

Syndrome de fatigue chronique : maladie de l'intolérance systémique à l'effort

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia
Tous droits réservés.