Les thés noir et vert favoriseraient la perte de poids et offriraient d'autres bénéfices pour la santé en modifiant les bactéries intestinales, selon une étude publiée dans European Journal of Nutrition.

Des études précédentes ont indiqué que des composés du thé vert, les polyphénols, se retrouvent dans le sang après avoir été absorbés dans l’intestin grêle et modifient le métabolisme énergétique du foie.

La présente étude montre que les polyphénols du thé noir, trop gros pour être absorbés dans l'intestin grêle et se retrouver dans le sang, stimulent la croissance de bactéries intestinales et la formation de métabolites bactériens qui altèrent aussi le métabolisme énergétique du foie.

Les résultats suggèrent que les thés vert et noir sont des prébiotiques, qui induisent la croissance de bons micro-organismes contribuant au bien-être, explique Susanne Henning de l'Université de Californie à Los Angeles. (Qu'est-ce que les probiotiques et les prébiotiques ? Dans quels aliments se trouvent-ils ?)

Avec ses collègues, elle a mené cette étude avec quatre groupes de souris qui ont reçu des régimes différents, dont deux étaient complétés par des extraits de thé vert ou noir :

  • faible gras ;
  • riche en gras ;
  • riche en gras, extrait de thé vert ;
  • riche en gras, extrait de thé noir.

Après quatre semaines, le poids de celles ayant reçu des extraits de thé vert ou noir a chuté aux mêmes niveaux que celles ayant reçu un régime faible en gras tout au long de l'étude.

Chez les souris ayant reçu les extraits de thé, il y avait moins de bactéries associées à l'obésité et plus de bactéries associées à un poids santé.

Mais seules les souris ayant reçu l'extrait de thé noir ont eu une augmentation de bactéries Pseudobutyrivibrio, ce qui peut aider à expliquer la différence entre les façons dont le thé noir et le thé vert changent le métabolisme de l'énergie.

Les bienfaits des thés vert et noir sur la santé vont au-delà de leurs bienfaits antioxydants, et les deux types de thés ont un fort impact sur le microbiome intestinal, suggère l'étude, souligne Zhaoping Li, auteur sénior.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : UCLA, European Journal of Nutrition
Tous droits réservés.