Une étude apporte des preuves supplémentaires d'un lien soupçonné entre une croissance mammaire anormale chez les jeunes garçons - appelée gynécomastie prépubère - et une exposition régulière à l'huile de lavande et de théier, en montrant que les principales substances contenues dans ces huiles essentielles courantes agissent comme des perturbateurs du système endocrinien.

Ces résultats sont présentés au congrès annuel de l'Endocrine Society.

La lavande et l'huile d'arbre à thé sont parmi les huiles essentielles qui sont devenues populaires aux États-Unis comme médecines alternatives, pour l'aromathérapie ainsi que pour l'hygiène personnelle et le nettoyage.

Divers produits de consommation contiennent de l'huile de lavande et d'arbre à thé, dont des savons, des lotions, des shampooings, des produits coiffants, de l'eau de Cologne et des détergents à lessive.

Les huiles essentielles sont considérées comme sûres, dit J. Tyler Ramsey du National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS) américain. « Elles devraient cependant être utilisées avec prudence, car elles contiennent certaines substances qui sont des perturbateurs endocriniens potentiels. »

Les perturbateurs du système endocrinien sont des substances présentes dans l'environnement qui interfèrent avec les hormones et leurs actions dans le corps.

La gynécomastie masculine survenant avant la puberté est relativement rare, mais un nombre croissant de cas ont été signalés comme coïncidant avec une exposition topique à l'huile de lavande et l'huile d'arbre à thé, rapporte-t-il. Cet état disparaissait après que les produits cessaient d'être utilisés.

Les chercheurs du NIEHS, incluant Kenneth Korach, coauteur de la nouvelle étude, ont déjà montré en laboratoire que les huiles de lavande et de théier ont des propriétés œstrogéniques (semblables aux œstrogènes) et des activités anti-androgéniques (semblables aux inhibiteurs de testostérone), ce qui signifie qu'elles concurrencent ou entravent les hormones qui contrôlent les caractéristiques masculines, et qu'elles peuvent ainsi affecter la puberté et la croissance.

Parmi les centaines de substances chimiques qui composent les huiles de lavande et d'arbre à thé, les chercheurs ont sélectionné huit composants qui sont communs et dont l'inclusion dans les huiles est obligatoire.

Au moyen d'expériences in vitro (en éprouvette), ils ont appliqué ces substances à des cellules humaines pour mesurer les changements des gènes des récepteurs d'œstrogènes et d'androgènes et de l'expression de ces gènes.

Les propriétés œstrogéniques et anti-androgéniques de ces substances variaient d'élevées à faibles. Les changements constatés étaient compatibles avec les conditions hormonales qui stimulent la gynécomastie chez les garçons prépubères.

Un sujet de préoccupation, indique Ramsey, est que plusieurs des substances testées apparaissent dans au moins 65 autres huiles essentielles.

Les huiles essentielles sont disponibles sans ordonnance et ne sont pas réglementées par la Food and Drug Administration des États-Unis, souligne-t-il. Ainsi, le public devrait être au courant de ces résultats et considérer toutes les données avant de décider d'utiliser des huiles essentielles.

Pour plus d'informations sur les huiles essentielles et la santé, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : Endocrine Society.
Tous droits réservés.