« L'une des questions les plus intrigantes sur le cerveau humain est aussi l'une des plus difficiles à répondre pour les neuroscientifiques : qu'est-ce qui distingue notre cerveau de celui des autres animaux ? »

« Nous ne comprenons pas vraiment ce qui rend le cerveau humain spécial », explique Ed Lein, chercheur à l'Allen Institute for Brain Science (Seattle, États-Unis).

« L'étude des différences au niveau des cellules et des circuits neuronaux est un bon point de départ, et maintenant nous avons de nouveaux outils pour le faire », ajoute-t-il.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Neuroscience, Lein et ses collègues révèlent une réponse possible à cette question. L'équipe de recherche, codirigée par Lein et Gábor Tamás, neuroscientifique à l'Université de Szeged (Szeged, Hongrie), a découvert un nouveau type de cellules cérébrales humaines qui n'a jamais été observé chez la souris et d'autres animaux de laboratoire bien étudiés.

Tamás et Eszter Boldog ont surnommé ces nouvelles cellules « neurones églantier » « car le faisceau dense que forme chaque axone autour du centre de la cellule ressemble à une rose après qu'elle ait perdu ses pétales ». Les cellules nouvellement découvertes appartiennent à la classe des neurones inhibiteurs, utilisant le neurotransmetteur GABA (sur lequel agissent les médicaments benzodiazépines tels que le Xanax et certaines plantes médicinales), qui freinent l'activité des autres neurones du cerveau.

« L'étude ne prouve pas que cette cellule spéciale du cerveau est unique aux humains. Mais le fait qu'elle n'existe pas chez les rongeurs est intrigant et l'ajoute à une liste très courte de neurones spécialisés qui peuvent n'exister que chez les humains ou seulement dans le cerveau des primates ».

Les chercheurs ne comprennent pas encore ce que ces cellules pourraient faire dans le cerveau humain.

Dans leur étude, ils ont utilisé des échantillons de tissus provenant du cerveau post-mortem de deux hommes d'une cinquantaine d'années. Ils ont pris des sections de la couche supérieure du cortex, la région la plus externe du cerveau qui est responsable de la conscience humaine et de nombreuses autres fonctions considérées comme uniques à notre espèce. Cette région est beaucoup plus grande, comparée à notre taille corporelle, que chez les autres animaux.

« C'est la partie la plus complexe du cerveau, et il est généralement admis qu'il s'agit de la structure la plus complexe de la nature », dit Lein.

Les chercheurs ont découvert que les « cellules églantier » activent un ensemble unique de gènes, une signature génétique que l'on ne retrouve dans aucun des types de cellules cérébrales de souris qu'ils ont étudiés. Ils ont aussi découvert qu'elles forment des synapses avec un autre type de neurones dans une autre partie du cortex humain, les neurones pyramidaux.

Ce qui semble être unique au sujet des neurones églantier, c'est qu'ils ne s'attachent qu'à une partie spécifique de leur partenaire cellulaire, ce qui indique qu'ils pourraient contrôler un flux d'information d'une manière très spécialisée.

La prochaine étape pour les chercheurs est de rechercher les neurones de l'églantier dans d'autres parties du cerveau et d'explorer leur rôle potentiel dans les troubles cérébraux.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Allen Institute, Nature Neuroscience.
Tous droits réservés.