Le magazine 60 Millions de consommateurs de l'Institut national français de la consommation a étudié 16 compléments alimentaires contre l'insomnie dont la plupart contiennent de la mélatonine.

En France, les produits qui ne contiennent pas plus de 2 mg de mélatonine sont considérés comme étant des compléments et sont vendus sans prescription médicale. Au-delà de ce dosage, ils sont considérés comme des médicaments.

Pour la plupart des compléments étudiés, le magazine a constaté un manque d’information sur l'emballage. Bien que les effets, contre-indications et interactions sont moins détaillés sur les compléments alimentaires que sur les médicaments, ils peuvent être identiques, souligne le magazine.

Par exemple, parmi les compléments étudiés, « à l’exception de Somdor + Mélatonine (Granions), aucun produit ne précise que la mélatonine est déconseillée chez les personnes épileptiques, asthmatiques, souffrant de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité, de maladies auto-immunes et inflammatoires. Ce sont pourtant les conclusions d’un avis publié en 2018 par l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. »

Tous les produits étudiés respectent toutefois l’obligation « de conditionner à un avis médical l’emploi de compléments alimentaires par les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants ».

Cette hormone, précise le Pr Hervé Vespignani, neurologue, directeur médical des centres de sommeil BioSerenity de Nancy cité par le magazine, « n’est efficace sur l’endormissement que si vous la prenez 1 h 30 avant d’aller vous coucher, sinon vous avancez ou reculez vos phases de sommeil ».

Or, les indications sur les emballages sont imprécises : « elles vont de “avant le coucher” à “une demi-heure à une heure avant” pour des compléments de même dosage mais à bilibération, ou libération prolongée ou non. Sans plus d’explications. »

Par ailleurs, parmi les compléments alimentaires analysés, ni Somdor + Mélatonine ni les Pâtes suisses Bonne Nuit « ne distinguent les horaires et la posologie selon que l’on souhaite accompagner un décalage horaire ou favoriser l’endormissement. Le “traitement” est pourtant différent. »

Plusieurs produits « rappellent que la prise doit être limitée dans le temps – de un à trois mois. Pour autant, les formats d’emballage ne cadrent pas toujours ».

« Ainsi, la boîte de Superdiet Mélatonine contient 120 gélules, alors que l’étiquetage indique une prise consécutive maximum de quatre semaines, soit… 28 gélules ! Certes, il n’y a pas de limite pour une prise non consécutive. Mais un tel conditionnement incite à la consommation et facilite le mésusage. »

« Les boîtes de Novanuit triple action (Sanofi) ou de Mag’Nuit (Boiron), qui indiquent clairement un usage ponctuel de quinze jours ou trente jours, paraissent préférables. Une consommation régulière et continue de mélatonine pourrait en effet mettre au repos la sécrétion naturelle de cette hormone et pourrait entraîner, après l’arrêt, la survenue de nouvelles difficultés d’endormissement naturel », indique le magazine.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : 60 Millions de consommateurs.
Tous droits réservés.