Le ginseng asiatique améliorerait certains symptômes de la schizophrénie

Le ginseng asiatique (ginseng Paxax) soulagerait certains symptômes de la schizophrénie qui sont difficiles à traiter. Dans une étude à petite échelle, des schizophrènes avaient moins de symptômes négatifs (1) tels que le manque de motivation et la réduction de l'expression émotionnelle quand ils prenaient du ginseng Panax comparativement à un placebo (produit inactif).

Les médicaments antipsychotiques sont efficaces pour réduire les symptômes positifs de la maladie tels que les hallucinations et les délires mais les symptômes négatifs et les déficits cognitifs sont ceux qui nuisent le plus, selon Thomas Insel, directeur du National Institute of Mental Health. Ces symptômes incluent un affect neutre, un manque de plaisir ou de motivation dans la vie quotidienne et une incapacité de mener une conversation normalement.
Des études de laboratoire et sur des animaux suggèrent que le ginseng Panax agit sur les mêmes cibles du cerveau que les médicaments développés pour traiter les symptômes positifs et négatifs de la schizophrénie, selon des chercheurs canadiens.

Ils ont étudié l'effet du ginseng Panax chez 42 schizophrènes qui continuaient à souffrir de symptômes négatifs malgré le traitement avec des médicaments antipsychotiques. Ils recevaient le ginseng ou un placebo pendant 8 semaines puis le traitement était inversé pendant 8 autres semaines. Ils continuaient pendant ce temps à prendre leurs médicaments.

Les participants étaient 50% moins susceptibles d'avoir un affect neutre quand ils prenaient la dose la plus élevée de ginseng (200 mg) que quand ils prenaient le placebo. D'autres symptômes négatifs étaient aussi améliorés.

L'effet du ginseng continuait même quand les participants changeaient de groupe et ne recevaient plus qu'un placebo.

"Il est trop tôt pour dire aux gens de prendre du ginseng pour la schizophrénie. Mais cela semble prometteur comme ajout aux médicaments antipsychotiques, dit Simon S. Chiu de l'University of Western Ontario, coauteur.

Une étude à plus grande échelle et à plus long terme avec le ginseng asiatique permettra de vérifier si ces résultats se confirment.

La recherche a été présentée au congrès annuel de l'American Psychiatric Association.

Deux espèces de ginseng constituent la majeure partie de la production et du commerce mondiaux : le ginseng asiatique (Panax ginseng) et le ginseng nord-américain (Panax quinquefolius). Les ginsengs brésilien, sibérien et chinois n'appartiennent pas au même genre botanique Panax et ne présentent pas, de ce fait, les mêmes propriétés.

Psychomédia avec source:
WebMD

(1) Les symptômes positifs (ou psychotiques) désignent des fonctionnement anormaux observables tels que les hallucinations ou les délires) alors que les symptômes négatifs désignent des caractéristiques normales qui sont perdues telles que l'expression faciale ou la perte de motivation et d'intérêt.

Voyez également:

Schizophrénie et vitamine D
Schizophrénie: l'apathie et le manque de motivation mieux compris
Schizophrénie: les problèmes de mémoire peuvent contribuer aux idées délirantes
Prédire la schizophrénie
DOSSIER : Médicaments antipsychotiques

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Schizophrénie et troubles psychotiques.