Le stress augmente-t-il le risque de sclérose en plaques ?

Il est déjà connu que les événements stressants de la vie augmentent le risque d'épisodes de sclérose en plaques. Une récente étude, publiée dans la revue Neurology, a vérifié si le stress augmentait également le risque de développer la maladie chez des personnes qui ne sont pas atteintes.

Trond Riise de l'Université Harvard et ses collègues ont étudié les données concernant deux groupes de femmes, un groupe de 121.700 infirmières âgées de 30 à 55 ans qui ont été suivies à partir de 1976 et un groupe de 116.671 infirmières âgées de 25 à 42 ans qui ont été suivies à partir de 1989.

Les participantes rapportaient leur stress en général à la maison et au travail, dont les abus physiques et sexuels dans l'enfance et l'adolescence. Parmi le premier groupe, 77 avaient développé une sclérose en plaques en 2005 et dans le second groupe, 292 l,avaient développé en 2004.

Le risque de sclérose en plaques était particulièrement élevé chez les jeunes femmes, et la différence dans le nombre de cas était compatible avec les différences d'âges dans les deux groupes.

Les chercheurs ont tenu compte dans l'analyse de facteurs comme l'âge, l'origine ethnique, la latitude (nord-sud) à la naissance, la masse corporelle à l'âge de 18 ans et le tabagisme. Le stress sévère à la maison n'augmentait pas le risque de développer la maladie. Il n'y avait également aucune augmentation significative du risque chez les femmes qui déclaraient de graves abus physiques ou sexuels durant l'enfance ou l'adolescence.

Ces résultats excluent le stress comme facteur de risque majeur pour la SEP, concluent les chercheurs.

Voyez également:

Science Daily
Tous droits réservés