Manque de sommeil plus dommageable pour les femmes (hypertension, diabète, ...)

Le manque de sommeil peut être plus dommageable pour les femmes que pour les hommes selon une récente étude américaine publiée dans le journal Brain, Behavior and Immunity.

Un mauvais sommeil est associé à plus de détresse psychologique et à des niveaux plus élevés de biomarqueurs indiquant une augmentation du risque de maladie cardiaque et de diabète de type 2. Et ces associations sont beaucoup plus marquées chez les femmes que chez les hommes.
Chez les femmes, un mauvais sommeil (mesuré par le temps total de sommeil et l'insomnie, c,est-à-dire l'importance des réveils pendant la nuit et le temps que prend l'endormissement) était associé à des niveaux élevés de détresse psychologique, de sentiments d'hostilité, de dépression et de colère alors que le même degré de perturbation du sommeil n'amenait pas ces symptômes ches les hommes.

Edward Suarez de l'Université Duke et ses collègues ont étudié, pendant un mois, le sommeil de 210 participants, hommes et femmes d'âge moyen, en santé, sans histoire de troubles du sommeil, non fumeurs et ne prenant pas de médication (ne prenant pas de traitement hormonal, connu pour altérer le sommeil, dans le cas des femmes). Des échantillons sanguins étaient analysés pour différents biomarqueurs tels que l'insuline, les taux de glucose, le fibrinogène (un facteur de coagulation), et deux protéines inflammatoires, l'interleukine-6 et la protéine C-réactive.

Parmi les participants, 40% des hommes et des femmes pouvaient être considérés comme des mauvais dormeurs. Alors que la qualité du sommeil était similaire entre les hommes et les femmes, leur profil de risque étaient très différents.

Pour les femmes un mauvais sommeil était associé à des niveaux plus élevés de protéine C-réactive et d'interleukine-6, qui sont des mesures d'inflammation qui ont été associées à une augmentation du risque de maladie cardiaque et à des niveaux plus élevés d'insuline. Chez 33% d'entre elles, les niveaux de proétines C-réactive étaient ceux associés à un risque élevé de maladie cardiaque, dit Suarez.

C'est le temps nécessaire à l'endormissement qui était le plus fortement associé à des profils de risque plus sévères.

Une étude de l'université de Warwick publiée en 2007 avait montré que les femmes dormant cinq heures ou moins par nuit ont un risque deux fois plus élevé de souffrir d'hypertension que celles qui dorment sept heures ou plus tel que recommandé. Alors que chez les hommes, il n'y avait pas de différence dans le risque d'hypertension entre ceux dormant moins que cinq heures et ceux dormant plus que sept heures.

Voyez également:

Le manque de sommeil met les femmes à risque d'hypertension, obésité et diabète
Le manque de sommeil nuit au contrôle cérébral des émotions négatives
Habitudes défavorables liées au manque de sommeil chez les Français
DOSSIER : Sommeil
DOSSIER : Insomnie et médicaments

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Sommeil.