Mise à jour régulière

Les principales classes de médicaments prescrits pour le traitement de l'insomnie sont les benzodiazépines (anxiolytiques) et les somnifères dits de nouvelle génération (les hypnotiques non-benzodiazépines ou dits apparentés aux benzodiazépines).

Quant aux médicaments en vente libre sans ordonnance médicale, ils sont pour la plupart des hypnotiques antihistaminiques.
Enfin, un médicament récent, le Rozerem, est un stimulateur des récepteurs de la mélatonine.

Les benzodiazépines

Les benzodiazépines (définition, actualités, liste) sont des anxiolytiques (ils diminuent l'anxiété) qui ont aussi un effet sur le sommeil. Ils ont été jusqu'à récemment les médicaments les plus utilisés pour l'insomnie.

Le Klonopin ou Rivotril, le Valium, le Restoril, le Prosom, le Xanax, et l'Ativan font partie des benzodiazépines.

Ils ont tendance à diminuer la quantité de temps passé dans certains stades du sommeil, particulièrement les stades 3 et 4 qui sont les stades les plus profonds et les plus reposants. D'autres inconvénients des benzodiazépines sont les troubles de la mémoire, le retour de l’insomnie à l’arrêt du traitement et la dépendance. Ils peuvent affecter l'état d'éveil, surtout en début de journée, car ils restent relativement longtemps dans l'organisme (ils ont une demie-vie, le temps nécessaire pour que, après leur administration, leur concentration dans le plasma sanguin diminue de moitié, relativement longue).

Les hypnotiques apparentés aux benzodiazépines

Ces somnifères, dits non-benzodiazépines ou apparentés aux benzodiazépines, sont maintenant les plus prescrits contre l'insomnie. Ils sont proches des benzodiazépines, mais leur effet est moins généralisé dans le cerveau, ils visent plus directement la zone qui contrôle le sommeil (en agissant sur des récepteurs spécifiques).

Leur principal avantage résiderait dans la qualité du sommeil qu’ils induisent. Ils respecteraient davantage les qualités physiologiques du sommeil, notamment du sommeil paradoxal. Ils créeraient moins de dépendance, de symptômes de retrait, d'abus et d'accoutumance. Ils perturberaient moins l'état d'éveil le jour.

Cette classe inclut :

Zolpidem (Stilnox, Sublinox, Ambien) : Il est le somnifère le plus vendu (notamment en France). Il s'agit d'un dérivé de la famille des imidazopyridines. Son action hypnotique est rapide et de courte durée ; ce qui réduit les effets de somnolence le jour. Sa demie-vie est moyenne. Elle est d'environ 2 heures et demie. Ce qui implique qu'il peut être efficace pour aider à l'endormissement, mais qu'il est moins efficace pour les réveils au milieu de la nuit. Il ne présente pas les inconvénients des benzodiazépines : l’amnésie antérograde ne survient que rarement et le phénomène de dépendance est moins important.


Zopiclone (Imovane, Zimovane : Il est un dérivé de la famille des cyclopyrrolones qui provoque un endormissement rapide. Il présente à peu près les mêmes inconvénients que les benzodiazépines à savoir l'amnésie antérograde et la dépendance.

Les hypnotiques antihistaminiques

La plupart des médicaments sans prescriptions pour l'insomnie sont des antihistaminiques.

La multiplicité des effets de cette classe de médicaments implique de nombreuses précautions d’emploi et contre-indications. Cette classe ne présente pas les inconvénients des benzodiazépines (troubles de la mémoire, retour de l’insomnie à l’arrêt du traitement et dépendance), mais leur durée d’action provoque souvent des effets résiduels comme de la somnolence pendant la journée.

En savoir plus

Insomnie : les nombreux types de médicaments utilisés (incluant ceux non indiqués)

Bien dormir sans somnifères