Trop ou pas assez de sommeil lié à la dépression et à une moindre qualité de vie

Dormir trop ou pas assez est lié à une moins bonne qualité de vie et une plus grande tendance à la dépression, confirme une étude américaine présentée Au Congrès de l'Associated Professional Sleep Sociétés.

Charles Bae du Cleveland Clinic Sleep Disorders Center en Ohio et ses collègues ont analysé les dossiers médicaux de 10,654 personnes, âgées en moyenne de 52 ans, qui ont répondu à des questionnaires mesurant la qualité de vie liée à la santé et la dépression.

Les personnes qui dormaient entre 6 et 9 heures rapportaient une meilleure qualité de vie liée à la santé et moins de dépression que celles qui dormaient plus ou moins.

«Il est surprenant de constater que moins de sommeil que 6 heures et plus que 9 heures soit associé de façon similaire à une baisse de la qualité de vie et une augmentation des symptômes dépressifs», commente le chercheur.

La nature du lien entre durée de sommeil plus longue que 9 heures et les variables mesurées n'est pas indiquée par cette étude observationnelle. Cette dernière ne prouve pas que la durée de sommeil soit la cause de la dépression ou de la moindre qualité de vie. Il est possible, par exemple, qu'une moins bonne santé et la dépression soit la cause d'un plus long sommeil plutôt que l'inverse.

Selon l'American Academy of Sleep Medicine, la plupart des adultes ont besoin de 7 à 8 heures de sommeil par jour.

Voyez également:

Science Daily
Tous droits réservés