L'un des principaux symptômes du syndrome de fatigue chronique (SFC), aussi appelé encéphalomyélite myalgique, est le malaise post-exercice (ou post-effort), c'est-à-dire l'aggravation des symptômes après des activités physiques ou mentales.

Dans une étude publiée en septembre 2020 dans la revue Frontiers in Neurology, des chercheurs des National Institutes of Health américains ont analysé la description que les malades en font.

« Le malaise post-exercice suivant les activités normales est unique au syndrome de fatigue chronique et nous ne comprenons pas la biologie sous-jacente », souligne Walter Koroshetz, directeur du National Institute of Neurological Disorders and Stroke (NINDS) des NIH.

Les chercheurs, dirigés par le Dr Avindra Nath, directeur clinique de NINDS, ont recruté 43 personnes atteintes du syndrome pour participer à des groupes de discussion de leurs expériences du malaise post-effort.

Certains groupes de discussion incluaient des participants ayant fait l'expérience d'un malaise post-effort à la suite d'un test d'exercice cardio-pulmonaire, qui permet de mesurer comment le corps réagit à l'exercice et qui est souvent effectué à l'aide d'un vélo stationnaire.

Ces groupes faisaient partie d'une étude plus large des NIH visant à examiner le SFC précédé d'une infection afin d'identifier les aspects cliniques et biologiques qui pourraient améliorer la compréhension des causes et de l'évolution de la maladie au fil du temps. (COVID-19 : des cas de syndrome de fatigue chronique post-infectieux sont attendus.)

Selon les estimations, entre 836 000 et 2,5 millions de personnes aux États-Unis pourraient être touchées par la maladie. On ne connaît pas les causes et il n'existe pas de traitement.

En plus du malaise post-exercice, les personnes atteintes du syndrome ressentent souvent des douleurs, des difficultés cognitives et une grande fatigue qui ne s'améliore pas avec le repos, indique le communiqué des NIH. La maladie peut affecter toutes les parties du corps, dont les systèmes immunitaire, métabolique, cardiovasculaire et neurologique.

Il ressort de l'analyse des entretiens dans les groupes de discussion que nombre des symptômes de malaise post-exercice se répartissent en trois catégories principales : épuisement, difficultés cognitives et plaintes neuromusculaires. Les autres symptômes sont les maux de tête, la douleur, la nausée, le mal de gorge et la sensibilité à la lumière et au son. Le début du malaise post-exercice se situe généralement entre 24 et 48 heures après l'effort et peut durer de 24 heures à plusieurs semaines.

Presque tous les participants à l'étude ont indiqué qu'un repos complet, souvent dans une pièce sombre et calme, était nécessaire pour réduire les symptômes.

De nombreux participants ont rapporté déployer des efforts pour planifier à l'avance et limiter les activités afin d'éviter le malaise post-effort, tout en reconnaissant qu'il peut survenir de manière inattendue.

« Il était assez frappant d'entendre à quel point le malaise post-exercice peut affecter leur qualité de vie », rapporte Barbara Stussman, auteure principale de l'étude. « Les symptômes corporels, l'imprévisibilité du malaise et le rétablissement parfois long entravent grandement la capacité de mener une vie normale. »

L'étude a également identifié, pour la première fois, des différences entre le malaise post-exercice causé par les activités quotidiennes, comme faire les courses ou aller chez le médecin, et celui causé par le test de laboratoire. Les symptômes globaux sont similaires, mais que le malaise causé par le test d'exercice se manifeste plus rapidement et dure plus longtemps.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour en savoir plus sur les causes du malaise post-exercice chez les personnes atteintes du SFC, soulignent les chercheurs. De futures études pourraient permettre d'identifier des sous-types, ce qui pourrait aider à orienter des traitements ciblés.

Pour plus d'informations sur le syndrome de fatigue chronique, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : National Institutes of Health, Frontiers in Neurology.
Tous droits réservés