Retour en force des drogues par injection

Les pratiques d'injection et la consommation de cocaïne et d'héroïne sont en hausse en France selon un rapport publié jeudi par l'Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT).
La pratique d'injection de cocaïne, de Subutex (Buprénorphine) ou encore d'ecstasy a augmenté. Cette hausse intervient alors que depuis l'année 2000, elle était en diminution. Elle est souvent le fait de polyconsommateurs, des jeunes très désocialisés, qui sont à la recherche d'un effet plus fort que celui obtenu par le sniff ou la simple ingestion.

Au cours du dernier mois, parmi les usagers des structures dites de "première ligne" (structures d'accueil pour les toxicomanes) la pratique de l'injection est passé de 46% à 54% pour la cocaïne, de 47% à 58% pour la BHD (Buprénorphine haut dosage (Subutex), produit de substitution) et de 22 à 40% pour les amphétamines entre 2003 et 2006.

Ces nouveaux modes de consommation posent d'importants problèmes sanitaires : l'effet recherché étant relativement court, les usagers ont tendance à multiplier les "shoots" de façon compulsive, parfois à raison d'une injection tous les quarts d'heure. Les risques de contamination par les virus du sida ou des hépatites par échange de seringues sont donc eux aussi multipliés. Les observateurs des structures de prise en charge dites de "première ligne" font par ailleurs état de situation d'épuisement physique et psychologique des usagers.

Autre constat alarmant de cette enquête : la cocaïne, dont la consommation ne cesse d'augmenter en France depuis cinq ans, s'obtient très facilement. L'OFDT remarque que cette drogue touche des milieux sociaux extrêmement hétérogènes. Les consommateurs sont aussi bien l'usager de rue très marginalisé que la personne aisée et parfaitement insérée socialement.

Les pratiques d'injection ne concernent pas l'héroïne qui est en "légère reprise" selon l'étude. Cette dernière, qui était quasiment tombée en désuétude depuis une quinzaine d'années, réapparaît plutôt sous une forme sniffée ou fumée chez les toxicomanes de rue et dans les milieux festifs technos. Parmi les personnes rencontrées dans les structures dites de "première ligne" début 2006, 34% déclarent avoir pris de l'héroïne au cours du dernier mois, soit 4 points de plus que l'enquête précédente en 2003.

Sources:
TF1.LCI.fr
RTL.fr
Le Monde

Voyez également:

La consommation de cocaïne en hausse en Europe
Drogues et alcool: récentes données en France et aux É.U.
L'ecstasy peut endommager le cerveau dès les premières prises
Sevrages (alcool, drogues et médicaments)
Sevrages (alcool, drogues et médicaments)

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Toxicomanies