Le bonheur commence à diminuer vers la fin vingtaine et continue de le faire tout au long de la trentaine et de la quarantaine pour ne remonter que vers la fin de la quarantaine et au cours des décennies suivantes, confirme une nouvelle étude belge présentée au congrès de la Royal Economic Society.

Bert Van Landeghem de l'Université Maastricht a analysé des données concernant la perception de leur bien-être (ou niveau de satisfaction de vie) de répondants britanniques, suisses et allemands.

Cette baisse du niveau de bonheur jusqu'au milieu de la quarantaine est attribuée aux responsabilités assumées durant cette période de vie. Les personnes plus âgées auraient aussi appris à être heureuses de ce qu'elles ont.

Ces résultats confirment ceux de plusieurs grandes études à travers le monde. Par exemple, une étude publiée en 2008, concernant plus de 2 millions de personnes dans 80 pays, montrait la même courbe. Le risque de dépression est le plus élevé dans la quarantaine, précisait aussi cette étude. En France, une étude de l'Insee en 2008, s'appuyant sur les résultats des sondages Eurobaromètre, a aussi fait apparaître la fameuse courbe.

Un test fréquemment utilisé dans ces études est l'Échelle de satisfaction de vie d'Ed Diener (pionnier dans le domaine de la psychologie positive): FAITES LE TEST: Êtes-vous satisfait(e) de votre vie?

Illustration : Daily Mail

Psychomédia avec sources: Le Point, Daily Mail
Tous droits réservés