Dépression majeure et diabète augmentent les risques de démence (maladie d'Alzheimer)

Les personnes atteintes à la fois de diabète et de dépression majeure ont un risque plus que doublé de développer une démence (telle que la maladie d'Alzheimer et la démence vasculaire) comparativement à celles qui sont atteintes du diabète seulement, selon une étude publiée dans le Journal of General Internal Medicine. La dépression est fréquente chez les personnes souffrant de diabète.

Des études ont déjà montré que diabète seul et la dépression majeure seule sont des facteurs de risque pour la démence, indique Dr. Wayne Katon de l'Université de Washington, principal auteur. Des études ont indiqué que le diabète augmentait le risque de démence de 40 à 100% et que des antécédents de dépression doublaient le risque.
Les chercheurs ont mené cette étude avec 3 382 personnes diabétiques qui ont été suivies pendant 5 ans. Au cours de ces années, 4,8% des diabétiques ne souffrant pas de dépression majeure ont développé une démence comparativement à 7,9% des diabétiques atteints de dépression. La combinaison diabète et dépression était ainsi liée à un risque 2.7 fois plus élevé que le diabète seul, et ce même en ne calculant pas ceux qui ont développé une démence dans les deux premières années suivant le diagnostic de dépression (car le début de la démence est souvent marqué par une dépression).

Le mécanisme par lequel la dépression augmente les risques de démence chez les personnes diabétiques n'est pas connu. La dépression pourrait augmenter le risque en raison d'anomalies liées telles que des niveaux élevés de l'hormone de stress cortisol, une régulation déficiente du système hypothalamus et glande pituitaire, des problèmes du système nerveux autonome qui peuvent affecter le rythme cardiaque, la coagulation sanguine et les réponses inflammatoires.

La dépression peut aussi augmenter le risque de démence en raison de comportements auxquels elle est fréquemment associée tels que le tabagisme, la suralimentation, le manque d'exercice et la mauvaise adhérence aux traitements.

Dans cette étude, les personnes qui étaient atteintes à la fois de diabète et de dépression étaient plus susceptibles d'être des femmes, de ne pas être en couple, d'être fumeuses, sédentaires, d'avoir un indice de masse corporelle plus élevé et d'être traitées avec l'insuline. Mais l'influence de ces facteurs a été prise en considération pour le calcul du risque représenté par la dépression.

Quant au diabète, il serait un facteur de risque pour la démence en raison des problèmes de vaisseaux sanguins, de dommages résultants de niveaux élevés de sucre et la résistance à l'insuline.

Voyez également:

Des liens entre diabète et dépression
DOSSIER Psychomédia: Dépression

Psychomédia avec source:
Eurekalert