L'écothérapie contre la dépression, le stress et l'anxiété

Un nouveau courant en psychologie considère que plusieurs des problèmes mentaux modernes, incluant la dépression, le stress et l'anxiété, peuvent être attribués à l'aliénation croissante de la société vis-à-vis la nature, rapporte le Time.

Les psychothérapeutes de l'International Association for Ecotherapy (IAE), qui regroupe une centaine de membres, croient que les soins de santé mentale devraient inclure du temps passé au grand air.
Les écothérapeutes soulignent que les humains ont évolué en synchronie avec la nature pendant des millions d'années et considèrent que nous sommes biologiquement programmés pour interagir avec notre environnement - l'air, l'eau, les plantes et les autres animaux.

Mais dans les deux derniers siècles, depuis la révolution industrielle, les gens se sont graduellement éloignés du monde naturel, leur vie devenant régulée non pas le soleil ou la lune mais plutôt par l'horloge de la manufacture. Récemment, la situation s'est aggravée avec l'avenue de l'internet et d'autres technologies comme les téléphones mobiles, nous poussant plus loin de toute appréciation de notre environnement naturel.

"Nous avons commencé à avoir l'impression que nous sommes en quelque sorte au-dessus et séparé de la nature", dit Craig Chalquist de l'Université John F. Kennedy (San Francisco), co-éditeur avec Linda Buzzell-Saltzman, fondatrice de l'IAE, du livre "Ecotherapy: Healing with Nature in Mind".

Actuellement, plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes et de nombreuses personnes ont à peine déjà eu un aperçu de nature. Dans ce contexte, ce qu'une personne ressent comme du stress ou de la dépression, suggère les écothérapeutes, pourrait être une nostalgie pour "notre maison naturelle". "Nous avons perdu cela et nous en payons le prix", dit Buzzell-Saltzman.

Se réapproprier la nature n'est pas si difficile, selon les écothérapeutes dont la plupart pratiquent en Californie. Le traitement commence en général par le tenue d'un journal dans lequel est enregistré le temps passé à l'extérieur. "Certaines personnes, dit Buzzell-Saltzman, constatent qu'elles passent moins que 15 à 30 minutes par jour à l'extérieur, à part le temps de marche pour se rendre à son auto et en revenir", dit-elle. Les écothérapeutes conseillent de ralentir et de se reconnecter avec la nature en marchant ou en jardinant. Les sessions de thérapie peuvent aussi prendre place à l'extérieur.

Voyez également:

L'écothérapie pour soigner la dépression
Le contact avec la nature favoriserait des valeurs relationnelles et sociales
La nature repose l'esprit

Psychomédia avec source: Time, en partenariat avec CNN