Le syndrome des jambes sans repos plus fréquent chez les personnes fibromyalgiques

Le syndrome des jambes sans repos est fréquent chez les personnes atteintes de fibromyalgie, selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine. Dans cette étude, la prévalence du syndrome était environ 10 fois plus élevée chez les personnes atteintes de fibromyalgie (33 %) que chez les personnes indemnes de la maladie (3,1 %).

Des troubles du sommeil considérables étaient signalés chez les personnes atteintes de fibromyalgie. Ces problèmes étaient plus sévères chez celles qui avaient aussi les symptômes du syndrome des jambes sans repos.
Mari Viola-Saltzman de l'Université Loyola et Nathaniel F. Watson de l'Université de Washington à Seattle ont mené cette étude avec 172 personnes atteintes de fibromyalgie (âgées en moyenne de 50 ans, 93 % étant des femmes) et 63 personnes en santé (âgées en moyenne de 41 ans).

Plusieurs aspects de ces deux syndromes suggèrent une logique de chevauchement, indiquent les auteurs. Les deux troubles impliquent des anomalies sensorielles, et une physiopathologie similaire du système qui régule le neurotransmetteur dopamine a été proposée pour les deux syndromes. Par ailleurs, le syndrome des jambes sans repos peut être induit par les antidépresseurs, qui sont un traitement courant pour la douleur et la dépression dans la fibromyalgie. Il a été montré que l'exercice peut améliorer les symptômes des deux syndromes.

Le syndrome des jambes sans repos peut souvent être traité avec succès par des médicaments tels que le pramipexole (Sifrol) (1) ou le ropinirole (Adartrel, Requip) (2), mentionnent les auteurs. (Ne pas oublier de s'informer des effets secondaires)

L'étude a été financée par le National Institutes of Health et la National Fibromyalgia Research Association.

Voyez également:

(1) Le pramipexole (Sifrol), qui appartient à la classe de médicaments agonistes dopaminergiques, est indiqué pour le traitement symptomatique de la maladie de Parkinson et celui du syndrome des jambes sans repos modéré à sévère.

(2) Le ropinirole (Adartrel, Requip) est un agoniste de la dopamine indiqué pour le traitement de la maladie de Parkinson.


Psychomédia avec source: Science Daily
Tous droits réservés